jeudi 15 octobre 2020

Une Image dans une autre

Voilà,
ce jour là, dans un quartier où je ne viens pas souvent, je n’ai pas voulu laisser échapper cette coïncidence. Bien sûr la photo n’est pas très généreuse, et vaguement ironique, peut-être même discriminatoire au regard des nouvelles normes morales intégristes dont je n’ai rien à battre, mais j’aime aussi parfois lorsqu'une image apparaît dans une autre pour contredire la réalité, ou plus exactement pour dévoiler à quel point les images qui nous sont imposées nous mentent et sont des contrefaçons et peuvent même de temps à autre se révéler choquantes voire agressives. Parfois elles s'imposent à la faveur d'un hasard terrible comme un amer constat. D'autres fois elles prêtent à sourire et c'est très bien. Ces hasards mettent de bonne humeur. On s'en réjouit. On n'a pas tous les jours l'occasion de s'amuser. Surtout en ce moment. Alors qu'il y a quelques semaines encore, j'étais parvenu à ralentir le rythme, ces derniers temps je publie avec une certaine frénésie. C'est que je ne suis pas très serein. L'extension prévisible des mesures sanitaires y est pour quelque chose. De même que le visionnage de cet hallucinant discours du président américain récemment observé par hasard sur une chaîne d'informations. Cela m'a laissé dans un état de sidération inattendu. Je ne pensais pas être aussi affecté par ce pitoyable spectacle, par ce délire hystérique truffé de mensonges et d'insultes, par ces propos décousus à la limite de l'incohérence. J'avais l'impression d'un Idi Amin Dada blanc — Barbet Schrœder avait brossé un formidable portrait du dictateur ougandais —, à la simple différence que cet homme a le pouvoir de déclencher le feu nucléaire et préside aux destinées de la plus puissante nation occidentale. On voit la folie, la sénilité à l'œuvre et l'on s'étonne que cela soit possible, non seulement que cette irrationalité puisse trouver des supporters ou même des sympathisants, mais encote que rien dans le fonctionnement des institutions ne puisse empêcher un homme fou de gouverner. Mais bon, sans doute est-ce le lot d'une société plus sensible au spectacle qu'à la pensée, et qui peut-être est elle-même très malade. Il est aussi possible qu'au regard des américains son comportement ne paraisse pas si anormal que cela. J'ai néanmoins songé avec une certaine compassion à quelques uns de mes amis d'Outre-Atlantique dont je sais que cette situation leur fait honte et les inquiète. Bref je redoute un peu les mois qui viennent. Je fais beaucoup de cauchemars. J'éprouve en quelque sorte ce que l'allemand désigne sous le terme de Weltschmerz : la douleur du monde, la douleur pour le monde. Ce n'est pas sans incidence sur mes humeurs.

12 commentaires:

  1. It's true--- and the coming months will be difficult even if the Clown is defeated. God knows what he will do between the election and his replacement's inauguration. The news today is that he has instructed all in the administration that he will be following the "herd immunity" theory. I'd rather contemplate the lady in her underwear in your picture.

    RépondreSupprimer
  2. Moi qui croyais que ce genre d'affiches publicitaires avaient disparu des rues...amusante coïncidence, en effet.

    Je me demande, moi aussi, comment vivent les américains "cet homme fou" qui les gouverne. C'est si inquiétant qu'à côté de ça, ce que nous vivons est presque futile.

    RépondreSupprimer
  3. ·.
    Creo que te entiendo bien, comparto tu análisis.
    Sobre ese presidente siempre recuerdo algo que leí de alguna persona. Decía que él solo tenía miedo a los imbéciles. Decía que eran muchos... y elegían presidente. Pues eso.
    Esa foto urbana me encanta. Es tener la buena vista para encontrar el detalle curioso y llamativo. Tu texto aclara cualquier mala interpretación que se quiera hacer.

    Un abrazo K

    LaMiradaAusente · & · CristalRasgado

    RépondreSupprimer
  4. indeed the anxiety has the opposite effect on me wherein i almost cannot publish anything, and the things i do immediately question and feel uneasy, but we are the same in that my dreams are not tranquil...but indeed i do love this photo you have here, there's a certain humor in the juxtaposition and i like it...

    RépondreSupprimer
  5. The juxtaposition of art and reality made me laugh. Well seen and photographed.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, donc la photo est assez attrayante - surtout en comparaison avec les deux dames qui sont passées par là... Mon avis, mais il fallait vraiment que je sourie !
    Que contient la boîte sur laquelle se trouve la photo ? Vous voyez, votre photo rend curieux ! C'est beau.
    Je vous souhaite un agréable week-end et s'il vous plaît : restez en bonne santé !

    RépondreSupprimer
  7. A great image, Arnaud - I like that kind of contrast too - a touch of humour as long as we don't consider it all too deeply.
    As for your writing, I agree absolutely, and have been feeling similarly lost and down-beat. And I also have friends over there who are very worried. The only upside for me, is that the US horror makes me feel a little less depressed about what we have in the UK.
    On a brighter note, though, I found some ladybirds in sunshine on a walk this morning and all seems brighter :) Have a good weekend, if you can

    RépondreSupprimer
  8. Although I live in Ireland and love it, I'm originally Welsh. As Debbie mentions, Britain is in a sad state with an incompetent and delusional Prime Minister. I have many friends in different parts of the USA, and conditions there are extremely worrying. But enough gloom!
    Your photo is a perfect moment caught in time. There is nothing malicious or unpleasant in enjoying a coincidence. I can't believe any photographer could resist!

    RépondreSupprimer
  9. Brilliantly composed and captured!

    RépondreSupprimer
  10. I like this photo, there are two different types of woman. Great idea for photo.

    RépondreSupprimer
  11. The decisive moment! Fantastic street photograph a bit tongue in cheek!

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires, et même vos objections pourvu qu'elles soient courtoises

Publications les plus consultėes cette année