vendredi 23 août 2019

Aujourd'hui tout va bien


Voilà,
aujourd'hui ou un autre jour pour tout le réseau banlieue et Paris un forfait est vendu à prix réduit pour cause de pollution.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour dans l'état de l'Alabama une femme enceinte noire qui a pris une balle dans le ventre est jugée responsable de la mort de son fœtus au motif qu'elle aurait provoqué son agresseur.
Tout va bien
Aujourd'hui ou un autre jour je lis que dans certaines entreprise du freeworld les salariés privés de pause toilettes se trouvent contraints de porter des couches,
Tout va bien
Aujourd'hui ou un autre jour, après un épisode caniculaire, le nord de la Grèce a subi le passage d'une tornade, phénomène inédit sous ces latitudes, qui a causé la mort de six touristes,
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour le New-York Times a décidé de cesser de publier des caricatures politiques.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour au Japon, un million de personnes sont déplacées en raison d'inondations causées par des pluies torrentielles.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour en Pologne, en Sibérie ou au Canada le permafrost poursuit son dégel. Cette couche de sol renferme d'énormes quantités de carbone et des virus potentiellement dangereux pour l'Homme.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour, des navires pétroliers sont attaqués dans le détroit d'Ormuz, et les bellicistes sont au pouvoir en Iran et aux Etats-Unis.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour un rapport d'une Organisation internationale constate que l'exploitation du sable dans le monde est un désastre écologique qui n'est pas prêt de finir.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour j'ai envie de pleurer chez le marchand de pâtes à cause d'une fort parfum de lavande dans la boutique adjacente.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour j'ai lu que "Un être humain ingère en moyenne 5 grammes de plastique chaque semaine, soit l’équivalent du poids d’une carte de crédit”.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour on se demande si les démocraties sont en mesure de faire face au péril écologique.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour, on dit que le Groenland a atteint un point de basculement.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour on a, dans l'arctique russe, aperçu un ours famélique et fatigué à 800 kms de son habitat.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour on a constaté dans la Loire un taux de Tritium trois fois supérieur au seuil d'alerte.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour on rappelle que de nombreux ponts en France sont dans un état de vétusté alarmant.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour, les océans continuent de se réchauffer et de gagner en acidité pendant qu'une partie de l'Amazonie grande comme la péninsule ibérique n'en finit pas de brûler.
Tout va bien.
Aujourd'hui ou un autre jour, je tente de faire comme si tout cela n'existait pas et je vais au musée.
Tout va bien.
J'y pense et puis j'oublie disait une géniale chanson de mon enfance.
mais là j'ai quand même du mal.
(Linked with week-end reflections)

jeudi 22 août 2019

C'est là notre seule monnaie



Voilà,
je me réveille la nuit et je m'attarde sur des pages écrites par des inconnus aux quatre coins du monde. Ce sont pour la plupart de parfaits étrangers qui pour l'immense majorité le demeureront à tout jamais. Nous faisons la même chose, nous partageons nos histoires, nos sensations, nous montrons des images, mus par le besoin de nous exprimer autant que par celui de communiquer et d'ouvrir notre monde à celui de tous ces partenaires inconnus pour lesquels nous alimentons une certaine curiosité. Nous sommes comme ces navigateurs qui de temps en temps donnent leur position. Et même ceux qui ont renoncé à cette pratique, laissent malgré eux la trace de leur passage, témoignant du fait qu'ils continuent de porter un vague intérêt à ce qui émane de nous. En retour il arrive que nous furetions parmi les vestiges de leur production passée. Nous nous reconnaissons dans nos questions et nos incertitudes, dans nos angoisses et nos indignations, dans les intérêts que nous partageons, dans les étonnements que nous ne voulons pas garder simplement pour nous, dans les détails qui nous intriguent, dans les pensées les phrases où les images produites par d'autres qui nous stimulent et dont il nous semble nécessaire de faire entendre ou de montrer la singularité. Nous échangeons des émotions, des réflexions, c'est là notre seule monnaie. Nos corps sont par la force des choses distants, mais nous nous étreignons en pensée, sans plus aucune distinction de race de sexe ou d'âge ou plus précisément nos pensées sont la manifestation d'une quête pour atteindre l'autre, et qui sait si parmi ces lointains ne se trouve pas le si-proche le presque-semblable orphelin ou orpheline d'une langue enfouie que nous aurions pu secrètement partager et dont nous gardons la même nostalgie. Il suffit parfois d'un reflet, d'un poème, d'une évocation furtive, pour que notre solitude trouve dans l'espace infini des messages qui se croisent, l'écho de sa propre intimité. Dans ce chaosmos virtuel, se tissent les liens, les correspondances d'un peuple fantôme qui n'existe plus que par ses projections dématérialisées rendues toutefois tangibles par le truchement de ces petits écrans que nous tapotons à longueur de journée et dont nous sommes devenus les esclaves consentants afin d'exprimer notre inextinguible besoin de reconnaissance sinon de consolation.

mardi 20 août 2019

Liste des étonnements (2)


Voilà,
je m'étonne que des intellectuels ou soi-disant tels jugent bon de faire des remarques d'un autre âge sur les footballeuses où les arbitres féminines.
Je m'étonne du mépris manifeste du gouvernement à l'égard de gens qui exercent des professions difficiles, pénibles et d'une nécessité indiscutable pour la collectivité
Je m'étonne de la bêtise de la prétention et de l'arrogance de la plupart des gens qui travaillent dans la communication
Je m'ėtonne du fait que tant de personnes soient aujourd'hui tatouées
Je m'étonne de la désertification de certains centre-ville de petites agglomérations de province et la sensation d'abandon qu'on y ressent ; je comprends mieux ce qui fonde la révolte des Gilets-jaunes
Je m'étonne de l'apparition de toutes ces nouvelles douleurs dans mon corps
Je m'étonne, chaque fois que j'en vois, de la qualité des matches du super Rugby Championship opposant des équipes de l'hémisphère sud
Je m'étonne d'être aussi angoissé, quinze jours avant le départ à l'idée de faire une valise.
Je m'étonne que la loi dite de l'emmerdement maximal se vérifie aussi souvent
Je m'étonne de ce que je peux voir quelquefois dans la rue sans que je m'y attende
Je m'étonne que tant d'idiots qui ont le Q.I. d'une huître avariée dirigent de grands pays occidentaux (ce qui doit être le signe d'une réelle décadence)
Je m'étonne de l'aptitude à toujours sourire sur les photos qui caractérise certaines personnes
Je m'étonne du nombre croissant de fautes de frappe et d'orthographe que je commets
Je m'étonne que tant d'acteurs aient avant tout le souci de plaire plutôt que celui d'éclairer le sens d'une œuvre et de le partager
Je m'étonne qu'il me soit encore aussi difficile de me débarrasser de choses sans intérêt
Je m'étonne que la laideur ait à ce point envahi le monde
Je m'étonne du sang-froid dont font preuve certaines personnes dans l'adversité, et j'envie cette qualité
Je m'étonne de l'obstination d'une personne de ma connaissance à entreprendre des projets irréalisables au regard de son âge et de ses compétences
Je m'étonne avec bonheur chaque fois que je découvre une musique que je ne connais pas comme aujourd'hui le"Stabat Mater" de Rossini
Je m'étonne d'avoir encore besoin,  pour trouver le sommeil, que des voix me parlent dans la nuit
Je m'étonne qu'il soit aujourd'hui si difficile de communiquer avec des êtres dont je me suis senti autrefois intimement proche
Je m'étonne que tant de gens se complaisent dans leur médiocrité et soient si peu curieux des choses nouvelles qu'ils pourraient découvrir
Je m'étonne d'avoir été si peu capable de m'adapter à la vie sociale.
Je m'étonne de ne toujours pas savoir conjuguer correctement le verbe conclure à la troisième personne du présent (mais qui est donc la troisième personne du présent ?)
(linked with the weekend in black and white)

dimanche 18 août 2019

Brodequin



Voilà,
devant la vieille grange, je me suis souvenu de ce jour où chez le cordonnier, il m'avait fallu un certain temps avant de retrouver le mot précis désignant la chaussure pour laquelle je voulais acheter de nouveaux lacets. Soudain, bien malgré moi "brodequin" avait surgi. C'était il y a plusieurs mois. Et soudain ce mot m'est revenu littéralement à la bouche sans aucune raison. Et donc sous le ciel nuageux, face à la vétuste bâtisse en bois, j'ai articulé "brodequin" comme ça plusieurs fois de suite. Je me suis évidemment demandé si je n'étais pas en train de virer dingue, de battre la campagne comme on dit. Brodequinbrodequinbrodequinbrodequin. Quel mot étrange. Je n'ai connu qu'une seule personne l'utilisant. Ainsi, par surprise, mon défunt géniteur est sournoisement venu s'immiscer dans mon présent et dans le paysage. Il ne s'est jamais attardé ici de son vivant, et pourtant il a fallu qu'il pollue ce moment en se rappelant à mon souvenir. Tout le reste de la journée j'ai eu mal au dos.
(Linked with the barn collective)

jeudi 15 août 2019

Chats et fenêtre


Voilà,
cet été là, (c'était quand déjà ?) je me souviens avoir été attendri par le soin qu'elle prenait à décorer la chambre de sa fille
(linked with the weekend in black and white)

mercredi 14 août 2019

Du bleu de l'orange


Voilà,
prise il y a plusieurs années déjà, cette photo  qui a d'ailleurs une petite sœur plus vieille de quelques secondes, me permet de prendre la mesure du temps qui passe. Désormais, le périmètre de la Tour Eiffel est ceint d'un mur de verre très épais, des militaires en armes patrouillent par crainte des attentats. Depuis cette image, Paris a basculé dans une autre dimension. Ce pays aussi. Mais il n'est pas le seul à avoir changé. Ailleurs, un fou entouré de bellicistes furieux gouverne la plus grande puissance occidentale. Son clone, depuis quelques jours a été porté au pouvoir au Royaume-Uni, l'Italie semble lentement sombrer dans un fascisme qui ne dit pas son nom. L'occident devient totalement dément, renie ses valeurs, ses principes démocratiques. Se précipite dans l'abîme. Et nous sommes là, impuissants. Notre avis compte pour si peu dans un monde devenu chaque jour plus dangereux, incertain, irrationnel, absurde.

C'était donc en juin 2014. Cinq ans. Même moi qui ne brille guère par mon optimisme, je n'imaginais pas que cela prendrait aussi vite une telle tournure. 
En attendant je vis hors ou à côté du temps en écoutant les rediffusions de France-Culture, la nuit. 


Parfois une douleur me rappelle à quel point mon corps lui aussi se dégrade et comme je deviens hostile à moi-même. "Á mon corps défendant" se révèle soudain une expression totalement dénuée de sens.



Je pense pourtant à cette femme croisée, il y a peu, sous un grand arbre à une terrasse de café, si digne si courageuse face à tous les malheurs qui l'accablent et qui ne renonce pas. 
Je devrais prendre exemple, mais j'en suis incapable.
J'envie les gens qui croient en un Dieu qui les console de leurs épreuves. Qui pensent même qu'elles sont un don que ce dieu leur accorde. J'envie ceux qui, dans les puanteurs qu'exhale leur corps délabré croient qu'un paradis les accueillera quand ils ne seront plus de ce monde.



le jour, je dors, je m'anesthésie.




Comment se mettre au mieux ? Sur le ventre ? Sur le dos ? Sur le côté ?





J'essaie d'oublier. Le détachement adviendra quoiqu'il arrive.
Même si je n'en jamais possédé les vertus.
J'acquiesce déjà à certains renoncements. C'est tout de même pas si mal.

linked with skywatch friday

mercredi 7 août 2019

Reflets lointains et messages perdus


Voilà,
Il est des messages dont le destin est la perte,
des mots antérieurs ou postérieurs à leur destinataire,
des images qui viennent de l'autre côté de la vision,
des signes qui pointent plus haut ou plus bas que leur cible,
des signaux sans code,
des messages enrobés dans d'autres messages,
des gestes qui butent contre la paroi,
un parfum qui régresse sans retrouver son origine,
une musique qui se déverse sur elle même
comme un escargot définitivement abandonné.
Mais toute perte est le prétexte d'une rencontre.
Les messages perdus
inventent toujours qui doit les trouver
(Roberto Juarroz)

Linked with weekend reflections

lundi 5 août 2019

Pas très fort




Voilà, 
un petit moment déjà que j'avais envie de m'essayer à un strip en trois cases
- Hi, how are you?
- Oh not so good.
- What's the matter with you?
- I dream that I'm in orgies and that every time I have premature ejaculations
- Oh, yeah, bad luck.
- Uumph. 

vendredi 2 août 2019

Dans l'indifférence générale

 

Voilà,
la France est en vacances. Le peuple, les citoyens, les gens. Je ne sais pas où ils sont d'ailleurs, il paraît que le niveau de vie baisse. Séjours pas chers en clubs à l'étranger. Plus vraisemblablement en famille en province, chez les cousins les cousines. Au camping peur-être. Il y en avait plein, du "français moyens" sur les routes du Tour de France. En tout cas, en ce moment à Paris, il n'y a plus grand monde. Les émeutes en Juillet, la nuit du 4 Août c'est dans la mythologie révolutionnaire. Le populo maintenant il a ses congés payés. Il en profite. Toute l'année il se fait chier, au bord du burn out, là il en profite. Il glande, il se la coule douce. Il pastisse, il pétanque, il touriste. il fait l'Espagne, l'Italie, le Maroc ou la Grèce, que sais-je il vaque. il se dit qu'il l'a bien mérité. Le pouvoir lui n'est pas vacant. Il continue ses entourloupes de plus belle pendant l'été. Scandaleuse réforme des retraites. Nouvelles réglementation du chômage qui mettra plus encore de gens à la rue. Ratification du CETA, qui est un traité pourri et climaticide. Bon là, ça rechigne du côté des agriculteurs. Ça s'insurge même. Quelques permanences de députés sont murées, ou taguées. Parfois du fumier est déposé devant leur maison. Les médias s'insurgent. "Ah c'est mal ! On insulte la démocratie !". Ce n'est pas bien méchant pourtant. Ces députés ne défendent pas l'intérêt national. Ils sont traîtres à la nation. Ils trahissent leurs concitoyens au profits des lobbies divers. Ils ne prennent pas en compte les nécessités écologiques que notre temps exige. Ils s'en sortent plutôt bien, je trouve.
Sinon le pouvoir se fout ouvertement de notre gueule. Un mois après sa disparition, on repêche dans l'estuaire de la Loire à Nantes, le corps découvert par hasard et qu'on ne s'est pas empressé de chercher, de Steve Caniço, noyé à la suite d'une charge de police nocturne lors de la fête de la musique. Des vidéos témoignant de la brutalité de cette intervention tout à fait disproportionnée, avec jet de grenades LBD. Malgré ça le premier ministre et le ministre de l'intérieur citent un rapport de l'inspection générale de la police selon lequel il n'y a aucun relation avec la charge des flics. Bientôt on nous dira que ce mec qui ne savait pas nager s'est jeté dans le fleuve parce qu'il était en état d'ébriété. Quelques jeunes dans les villes ont manifesté pour cela. Sinon, les médecins urgentistes et les personnels hospitaliers continuent leur lutte, mais semble-t-il dans l'indifférence générale.
On vit dans un état policier ultralibéral au service de l'oligarchie des banques, des multinationales de l'agroalimentaire, de l'industrie pétrolière, des fabricants et des marchands d'armes. Putain c'est dingue, j'ai l'impression de parler comme un gauchiste des années 70. Jamais je n'aurais imaginé que la réalité m'emmènerait à cet endroit du discours. Je repense à cette réflexion de Bernie Sanders, je crois : "While you were so worried Socialism would take your freedom, capitalism stole your pensions, took your savings send your jobs overseas, robbed you of health care, dismantled the educational system, and put you in debt, leaving you only your racism, xenophobia, hate and guns"
Aujourd'hui la casse progressive du service public entraîne la dégradation des conditions de vie. La destruction progressive du code du travail crée plus de chômage. La réduction des retraites entraîne la misère des seniors. La répression policière arrache les mains, crève les yeux. L'usage systématique de la violence par le pouvoir tue des innocents. Mais peut-être sommes nous en train de nous habituer à l'intolérable. Oui peut-être choisissons nous la résignation par lâcheté, préférant nous accommoder du mal tétanisés que nous sommes par la crainte que cela puisse être pire. Après tout, il y a encore des restaurants bondés, des rooftops onéreux fréquentés, des expositions et des cinémas, la possibilité de weekends à la campagne, des opportunités d'escape games entre amis, des spectacles et des concerts, des espaces nudistes dans les villes, des bordels masculins, des salons de massage chinois, des clubs de jazz, des magasins pleins, des scooters électriques faciles à louer depuis son smartphone, des salons de beautés où l'on peut tremper ses pieds dans des aquariums et se faire brouter les peaux mortes par des poissons chatouilleurs, des cinémas en plein air, des jardins sauvages des friches industrielles, des festivals de théâtre, de poésie, de musique baroque, d'art modeste, brut, ou contemporain, de nostalgiques de l'Apple II,  etc etc j'arrête là cette énumération mais vous pouvez toujours la continuer si le cœur vous en dit

Linked with the weekend in black and white

jeudi 1 août 2019

Everybody has got something to hide, except me and my monkey


Voilà,
cette photo je l'ai prise fin juin, rue Raymond Losserand, l'après-midi du dernier samedi du mois. J'étais un peu angoissé à cause de cette sieste, quelques heures auparavant, dans le salon de S. durant laquelle j'avais éprouvé d'étranges sensations physiques, comme souvent ces derniers temps, impression de mort imminente dans un état intermédiaire entre veille et sommeil, sensation que le cœur est sur le point de cesser de battre. 
Sur le chemin du retour j'avais craint de ne pas être prêt à temps pour la première au festival d'Avignon : il me semblait que je serais incapable de tout mémoriser. Et puis, avant de rentrer chez moi j'étais passé par le bureau de tabac de ma rue, un des rares qui n'a pas encore été racheté par un chinois. J'avais aperçu l'homme à la peluche et, après être sorti, j'étais revenu lui demander l'autorisation de le photographier, et il avait accepté.
À l'heure où je publie ces lignes, me voici parti vers d'autres horizons. Avignon s'est achevé. J'ai une petite dépression post spectacle, parce que cette affaire m'aura finalement occupé deux mois et demi, avec cette phase d'apprentissage du texte qui se révéla fort pénible, laborieuse et peu excitante, de sérieux moments de doute, et même d'inquiétude mêlée de déception, sinon de découragement. Finalement tout se sera plutôt bien passé ; la canine provisoire aura tenu tout le mois de juillet,  j'aurais fini par prendre mes marques, et même un certain plaisir à cette affaire. Constaté aussi que j'aimais toujours jouer la comédie au théâtre et que j'avais encore de bonnes dispositions pour cela, et le cerveau pas trop détraqué. J'aurais aussi un peu plus appris sur la nature humaine. Et puis ce séjour avignonnais m'aura en outre permis de perdre trois kilos ce qui n'est pas mal non plus.

mardi 30 juillet 2019

Constats


Voilà, 
un missile peut partir aussi vite qu'un tweet....
les Mayas ont péri de leur acharnement à couper tous les arbres jusqu’au dernier et à cultiver toujours plus de maïs
le réchauffement climatique pourrait réduire la vie marine de dix sept pour cent
il paraît qu'il existe des hamacs de relaxation cervicale
Ah trop cool !
La France a livré en catimini deux navires de guerre à l'Arabie Saoudite en Juillet 2019
Un ordinateur quantique casse le cryptage RSA sur deux mille quarante-huit bits en huit heures
 super !
Le glyphosate modifierait le cerveau et la flore intestinale
Le dérèglement climatique accroît nos besoins en énergie
Eh oui quand même, il y a des choses que tu ne peux pas fuir
L'industrie des engrais rejette cent fois plus de méthane que prévu
La Turquie est en train de rayer de la cartes des centaines de villages kurdes
Le ruissellement des engrais crée une immense zone morte de 20000 km2 dans le golfe du Mexique à l'embouchure du Mississipi
Ces putains de nouvelles qui t'assaillent de partout
Deux cents navires de croisière polluent plus que toutes les voitures d'Europe
Au Japon dans un village ravagé par le tsunami une cabine téléphonique (le téléphone du vent) a été installée pour qu'on puisse y parler avec ses morts
Selon une récente information du National Geographic l'oxygène disparaît peu à peu des océans
La NASA prépare une expédition vers psyché le cadavre d'une ancienne planète
On va vendre les robes de Claudia Cardinale chez Sotheby's
Pour la première fois, les scientifiques ont pris la première photo au monde de l’intrication quantique autrefois décrite par Einstein comme "une action fantôme à distance"
Des chercheurs anglais auraient trouvé comment transformer du plastique non recyclé en hydrogène et en électricité
L'intelligence artificielle bouleverse le dépistage du cancer du poumon
L'Energy Observer est le premier navire hydrogène qui n’émet ni gaz à effet de serre, ni particules fines. Son équipage s'est lancé dans une odyssée pour accélérer la transition énergétique
Ouais c'est bien mec, tu fais un effort pour positiver
Pour lutter contre la canicule qui frappe particulièrement les livreurs à vélo, Deliveroo demande à ses clients de donner un verre d'eau à ses employés !
Un ostréiculteur meurt intoxiqué par des émanations de gaz toxique dégagé par des amas d'algues vertes dans la baie de Morlaix en Bretagne
Aux États-Unis le nombre de travailleurs de plus de 85 ans atteint un record
Des feux de forêt sans précédent ravagent cet été l'arctique Alaska Groenland et Sibérie
A Barcelone, fin juillet plus de 42 litres d’eau par mètre carré sont tombés sur la ville en l’espace d’une demi-heure. Ces précipitations étaient accompagnées de rafales allant jusqu’à 55 km/h.
En Patagonie, une marée noire souille les eaux les plus pures du monde
La NASA a découvert un trou noir "rassasié", alors que selon les lois établies de la physique il devrait être "affamé"
et tu songes à ces paysages où l'homme ne mérite pas sa place
(linked with our world tuesday)

mercredi 24 juillet 2019

Panorama


Voilà,
une photo prise en un temps où si l'on ne parlait pas de changement climatique dans les médias, même si des chercheurs avaient néanmoins déjà pris la mesure des dangers qui nous guettent aujourd'hui. Pour le commun des mortels, l'avenir semblait-il moins chargé de menaces, ou bien les angoisses d'alors se sont elles dissipées dans l'oubli du temps passé ? Il y a quarante ans, lorsqu'on manifestait contre la pollution des voitures (je me souviens du slogan "les autos ça pue ça pollue et ça rend con") ou qu'on citait René Dumont ou Pierre Fournier qui écrivait dans Charlie hebdo et avait créé le premier journal écologique "La gueule ouverte" (sous-titré le journal qui annonce la fin du monde) on passait pour des doux dingues et on avait droit au "vous voulez revenir à l'âge de pierre ?". Cette époque était très tourmentée tout de même : génocide au Cambodge, boat-people vietnamiens, guerre froide, risque de conflit nucléaire, tensions au moyen-orient, terrorisme international, brigades rouges en Italie, dictatures sanglantes en Amérique du Sud, guerre civile en Irlande, famines au Bengladesh et j'en oublie certainement... 
Mais la planète nous paraissait encore une orange bleue. Et nous étions autrement informés de ce qui se passait dans le reste du monde. Cela ne nous parvenait pas de façon aussi massive et constante.  Me revient soudain en mémoire, le sujet de dissertation que j'avais eu à traiter pour mon brevet d'études primaires : "s'informer est notre premier devoir"
La lecture des blogs des uns et des autres, l'été dernier a donné une perception différente de l'état de la planète. Untel en Rhodésie, racontait qu'après des pluies diluviennes avec des grêlons gros comme des balles de tennis, des maison vieilles de 200 ans avaient été détruites, et que maintenant c'était la sécheresse, Amy depuis la Nouvelle-Zélande exposait des photos de champs inondés, Orvokki depuis la Finlande expliquait qu'il faisait 30° en Laponie alors que d'ordinaire il en faisait dix de moins à la même époque, à Chicago il faisait chaud et très humide. Pareil à Montréal. En Tunisie des inondations ont dévasté certaines régions pendant le mois d'Aout. Et puis l'hiver est venu, féroce en Amérique du Nord, pendant qu'aux antipodes des inondations phénoménales noyaient le Nord est de l'Australie. Depuis l'été 2018, il ne se passe plus un jour, sans qu'on évoque un événement relatif au trouble climatique. Sans doute autant parce que cela fait vendre que par une réelle prise de conscience. Mais quoiqu'il en soit au mois de mai 2019, il a fait 30° sur le cercle polaire, en France des départements  étaient déjà en alerte sécheresse alors que l'été n'avait pas vraiment commencé. En Juin dernier, des incendies ravagaient la Colombie britannique au Canada, et l'on se rappelle que ah oui, il y a eu l'année dernière ds feux de forêts gigantesques en Californie et en Suède pendant l'été. En Inde, il a fait, à la même èpoque dans certaines régions jusqu'à 50°C. Comme il faisait un temps pourri ici à Paris en juin, où il ne cessait de pleuvoir (mais paraît-il le temps était aussi pourri en Floride) les climato-sceptiques voyaient là une preuve de l'absence de réchauffement. D'ailleurs le journal "Valeurs actuelles" a sorti un numéro spécial titrant "le catastrophisme écologique est devenu une religion ", et hier encore la jeune Greta Thunberg qui fait part des inquiétudes de sa génération á été accueillie avec beaucoup de condescendance par des députés français de droite qui ont raillé son jeune âge, alors que les mêmes vouent un culte un peu ridicule à Jeanne d'Arc. 
Pourtant ces derniers jours des records de température ont été battus dans certaines villes de France. Et une sécheresse alarmante touche notre pays.

Beaucoup parlent d'un effondrement imminent de la civilisation thermo-industrielle. Certains évoquent un chaos qui précèderait l'extinction massive ou du moins une réduction considérable de l'humanité, pendant que d'autres qui croient au progrès des sciences, et à la capacité d'adaptation de l'homme pensent qu'il n'en sera rien. Pourtant une population de près de 8 milliards de personnes, des températures jamais atteintes et qui ne cessent d’augmenter, voilà qui constitue aujourd’hui une situation unique, sans équivalent historique précis. Cela impliquerait que toutes les terriens travaillent et collaborent comme jamais auparavant pour éviter que les catastrophes ne se produisent. Mais au lieu de cela chacun préserve ses intérêts particuliers.
Des scientifiques estiment que les émissions de CO2 et de gaz à effets de serre culmineront en 2030, bien qu’elles soient réduites. Cependant, les réactions au cycle du carbone et l’utilisation continue des combustibles fossiles entraîneraient une augmentation de la température de 3 °C d’ici 2050. Nombre de climatologues s’accordent à penser que nous aurons, à cette date, atteint le point de basculement concernant les glaciers du Groenland et de l’Antarctique occidental, bien avant que les seuils de réchauffement global de 2 °C et du pergélisol de 2.5 °C ne soient atteints. Peu de temps après, 55% de la population mondiale sera soumise à plus de 20 jours de chaleur létale par an. L’Amérique du Nord et l’Europe pourraient souffrir de phénomènes météorologiques extrêmes, notamment d’incendies de forêt fréquents, d’intenses sécheresses et de vagues de chaleur. Les moussons en Chine risqueraient d'être perturbées, les grands fleuves d’Asie s’assècheraient et les précipitations en Amérique centrale seraient réduites de moitié. L’humanité atteindrait alors le stade de catastrophe planétaire. Les conditions de chaleur mortelles en Afrique de l’Ouest persisteraient plus de 100 jours par an et les pays les plus pauvres seraient incapables de fournir suffisamment d’environnements artificiellement refroidis pour que leurs populations persistent. En outre la production alimentaire serait gravement affectée et insuffisante pour nourrir la population mondiale. 
En dépit de toutes ces prévisions alarmistes et de tous les signes avant-coureurs qui apparaissent, on préfère nier les faits et se voiler la face en espérant un improbable miracle  (linked with the weekend in black and white

lundi 22 juillet 2019

Au secours


Voilà,
ce collage réalisé comme celui-ci ou celui-là, ou encore cet autre, il y a quarante ans (je l'ai un peu corrigé depuis), un de mes premiers, j'y suis toujours autant attaché. Je m'y reconnais encore. C'est le commencement de quelque chose dont j'ignore alors que cela ne me quittera jamais : ce besoin de fabriquer des images avec les moyens du bord. On est fin Juillet début Août 79. Je suis terriblement malheureux. Je viens de finir une grande tournée en Europe, avec un beau spectacle, mais il me faut faire face à de nouveaux chagrins. J'écoute souvent le double live de Bowie "Stage", que j'ai acheté quelques semaines auparavant à Rome. La version de "wild is the wind" me file à chaque fois un bourdon terrible. Je bois du Cynar ramené de là-bas. Je feuillette l'almanach d'Actuel, et des livres d'art sur le constructivisme. Je fume de l'herbe que j'ai fait pousser dans mon appartement exposé plein sud au seizième étage sans vis-à-vis. Je me sens nul. J'ai honte d'être comme je suis. Je sens qu'il me faut devenir adulte et je ne sais pas comment m'y prendre. J'ai peur de n'être pas équipé pour le monde qui vient. Je rêve de m'acheter un appareil photo mais je n'ai pas l'argent. C'est à cette époque qu'apparaissent les premières photocopieuses couleur Rank-Xerox, et que je commence à réaliser ce qu'on appelait alors des Xérographies. J'écris mon désarroi en toutes petites lettres au Letraset
Une vie a passé depuis. J'ai, selon la formule de Cioran "bricolé dans l'incurable", m'employant à survivre, tant bien que mal, à ce sentiment d'abandon et d'incompréhension qui d'aussi loin que je me souvienne ne m'a jamais quitté.

dimanche 21 juillet 2019

Cinquante ans après.


Voilà,
c'était donc il y a cinquante je me souviens exactement, de ce que j'ai fait ce jour là. Dans l'après midi je suis allé en vélo à Port-Maguide, au bord du lac de Cazaux, me baigner. J'ai acheté des gâteaux Twist au bar de chez Charlet. J'étais un peu fatigué parce que je m'étais réveillé vers 3h30 du matin pour les voir fouler le sol de la lune. Je crois que je m'inquiétais pour eux. J'espérais qu'ils pourraient repartir sans problème. J'ai somnolé sur la plage au bord du lac en proie à tout un tas de considérations sur l'avenir qui – pensais-je alors – ne manquerait pas d'être exaltant maintenant que l'humanité avait fait un grand bond. J'avais été agacé, par une conversation, non loin, où un jeune homme trouvait que tout cela ne servait à rien, alors que j'étais pour ma part persuadé que cet événement était riche de promesses, et qu'une nouvelle ère s'ouvrait devant nous. Le futur commençait enfin.

la buvette de Port Maguide "Chez Charlet"

Quelques semaines plus tard le poète W.H. Auden, exprimait un avis moins enthousiaste dont j'ai eu connaissance par hasard il y a quelques jours et dont je vous livre la teneur : "Il est naturel que les garçons fêtent leur immense triomphe phallique, une aventure dont les femmes n'auraient pas songé qu'elle en vaille la peine, rendue seulement possible car nous aimons nous réunir en bande et connaître l'heure exacte. Oui notre sexe, en toute honnêteté, acclame son exploit, bien que les raisons qui lui donnèrent la primauté furent sans doute moins que "menschlich". (In "Atterrissage lunaire", Aout 1969).

jeudi 18 juillet 2019

Rituel intime


Voilà,
vautrée sur le banc, sans doute atteinte du syndrome de Tourette, elle ne cessait d'émettre des grognements qu'elle ponctuait parfois de couinements aigus. De temps à autre, d'un geste brusque, c'est un invisible intrus qu'elle semblait vouloir chasser. Ou bien encore, trois fois du plat de la main elle frappait le haut de sa cuisse, presque à hauteur du pli de l'aine, avant de pousser un petit gémissement évoquant celui d'un nouveau-né. Puis au bout d'une minute le cycle recommençait. Soudain me revint en mémoire ce rituel que je m'étais inventé enfant et qui, pendant quelques mois, m'avait rassuré chaque fois que je devais au retour de l'école rentrer seul dans la maison familiale.

mardi 16 juillet 2019

Apollo XI


Voilà,
il y a 50 ans, décollait l'expédition d'Apollo XI. La conquête spatiale, avec ses drames et ses exploits a marqué mes années d'enfance passées à Biscarrosse. J'étais fasciné par les cosmonautes russes et les astronautes américains. Et même après toutes ces années j'ai toujours la même admiration pour leur courage et leur audace. Ils étaient des héros. Ils le restent encore. C'est aussi le moment où l'on a vu à quoi ressemblait notre planète, avec cette fameuse photo d'un "lever de terre" sur un paysage lunaire. On s'est ému de tant de beauté et puis on l'a saccagée avec une furieuse obstination.

samedi 13 juillet 2019

Bitume


Voilà,
parfois des choses anodines me sautent aux yeux, comme ces lignes de failles sur le bitume d'un trottoir du quai Louis Blériot dans le seizième arrondissement. C'était il y a quelques mois. Un endroit de Paris sans grâce où je ne vais jamais. Je me rappelle très bien ce jour là. Déambulations dans un paysage industriel du bord de Seine. Méditation fugace sur le temps historique. Ce jour là je réalise que soixante années seulement se sont écoulées entre la traversée de la Manche par l'aviateur français défoncé au vin Mariani, et le moment ou Armstrong a posé le pied sur la Lune (j'y pense alors parce que j'ai vu "First man" de Damien Chazelle avec ma fille peu de temps auparavant), et que les cinquante années qui ont suivi ont consisté en un saccage organisé de la planète pour en exploiter les richesses afin de satisfaire notre artificiel besoin de consommation et d'enrichir quelques multinationales. Je ne nie pas qu'il y a eu aussi de grandes avancées technologiques depuis. Mais hélas elles nous servent essentiellement à évaluer avec précision à quel point nous nous sommes fourvoyés sans que nous puissions pour autant trouver de solution aux ravages commis depuis par l'humanité.  Plus particulièrement par une part de l'humanité, la part européenne, judéo-chrétienne qui a essaimé jusqu'aux Amériques avec les conséquences que l'on sait. L'homme blanc quoi. Et voici que désormais cette ivresse de consommation se propage sur tous les continents avec une allégresse suicidaire. L'année dernière, le 2 août toutes les ressources annuelles de la terre avaient été consommées. Il ne fait guère de doute que cela adviendra cette année avant la fin Juillet. Pareillement à chaque époque on s'en émeut, puis on oublie jusqu'à l'année suivante. D'ailleurs au passage je recommande la lecture du billet de Natacha intitulé sidération environnementale qui analyse très finement notre attitude face au désastre en cours.

jeudi 11 juillet 2019

En passant par Arles


Voilà,
j'ai profité hier de mon jour de relâche pour me rendre à Arles où je n'étais encore jamais venu. Cette ville romaine et romane m'est apparue très belle et très émouvante, d'autant que la chaleur n'était pas accablante en raison d'un léger mistral qui par la même occasion chassait les moustiques assez nombreux dans la région puisque on se trouve aux portes de la Camargue. J'y ai vu bien sûr quelques expositions des rencontres internationales de la photographie. J'en reparlerai plus tard. J'ai aussi visité la cathédrale Saint Trophime et en voyant, dans l'une des allées la lumière sur les dalles, j'ai songé à tous ceux qui les avaient foulées au cours des siècles passés, Van Gogh et Gauguin sans doute lors de leur sinistre séjour dans cette ville. J'ai regretté que le temps me manque et de n'être pas parti plus tôt d'Avignon comme je l'avais initialement prévu. Mais j'ai eu du mal à me réveiller. Peut-être pourrais-je y retourner avant la fin du séjour. Je craignais que la ville fût surpeuplée à cause des rencontres, mais ce n'était pas du tout le cas ; rien de commun avec ce qui se passe ici.

mercredi 10 juillet 2019

Avignoneries


Voilà
Dix jours que j'y suis et j'en ai déjà marre de tout ce Barnum. Je suis bien évidemment content d'être sur une scène, d'autant que le public apprécie, vient de plus en plus nombreux et que je trouve petit à petit mes marques en même temps que le plaisir de jouer. J'essaye de bien faire ce pour quoi je suis là, en même temps je me rassure sur mes capacités mentales, car tout de même ce n'était pas simple cette affaire là. C'est aujourd'hui mon premier jour de "relâche" comme on dit, alors que précisément il ne faut pas se déconcentrer. Je ressens toujours une certaine fragilité en raison de la vitesse à laquelle j'ai dû intégrer toutes les informations relatives au spectacle. Les trois denières représentations m'ont tout de même grandement rassuré. Et puis ma fille, en vacances non loin d'ici est venue me voir jouer hier, et ce fut un doux cadeau que sa présence et une grande joie pour moi. Nous en avons profité pour visiter ensemble le Palais des Papes puis ensuite nous promener dans la ville.
Mais cette foule, cette cohue, tous ces gens qui se précipitent d'un thėâtre à l'autre pour consommer de la distraction, parfois de la culture, tout cela me semble souvent relever de l'irrationnel. Sans parler des punks à chiens, des militaires qui patrouillent en armes, des témoins de Jehovah, et autres doux illuminés qui annoncent le retour de Jésus, des déguisés de toutes sortes qui vous tendent tous les jours leurs tracts, jamais lus et très vite jetés. Tout ça m'épuise et m'exaspère. Je n'aime définitivement pas les foules. Ce panurgisme professionnel, ces espèces de grandes messes ont quelque chose d'absurde. Mais surtout ce qui angoisse c'est cette dimension de surconsommation effarante avec ses dommages collatéraux, affichage sauvage, poubelles débordantes de détritus, multiplication des machines à air conditionné, etc. C'est tout de même près de 700 000 personnes qui, pendant toute la durée du festival, transitent ou restent durablement dans la ville, soit trois fois et demi la population du grand Avignon. Le festival constitue la principale activité économique de l'agglomération qui fait l'essentiel de son chiffres d'affaires annuel l'été. Même les marchands de jouets vendent plus en Juillet que pour les fêtes de Noël en décembre. En fait tout continue comme si de rien n'était. On ne change surtout pas le modèle économique. C'est l'occasion pour les jeunes de trouver des petits jobs d'été comme serveurs, serveuses, hommes et femmes-sandwiches, colleurs d'affiches, distributeurs de tracts. C'est une manne pour la population assez déshéritée dans l'ensemble. Mais, dans cette ville historique autrefois important carrefour de l'Occident chrétien, la dimension culturelle proposée par René Char et Jean Vilar qui fut à l'origine du festival, celle qui proposait de repenser, et réinterroger le monde à travers les grandes œuvres dramatiques s'est depuis longtemps noyée dans ce que Marx appelait "les eaux glacées du calcul égoïste". En fait, on voit ici, à l'échelle locale, ce qui se passe dans la plupart des pays riches sur l'ensemble de la planète. Personne n'est vraiment prêt à renoncer à ses habitudes, à changer son mode de vie. On est en plein dans la dissonance cognitive.
Ne reste plus qu'à se réfugier dans la contemplation de ce qu'il subsite de paysages enchanteurs où les visionnaires d'un monde aboli projetaient leurs rêves.

lundi 8 juillet 2019

L'Hommage de Pignon-Ernest à Pasolini


Voilà,
En ce moment se tient au Palais des Papes en Avignon, une rétrospective de l'œuvre d'Ernest Pignon-Ernest, qui est un des inventeurs du street-art (cela ne s'appelait alors pas encore comme cela) en France. Son principe est le suivant : il dessine dans son atelier un motif (souvent des personnages) et ensuite il colle son dessin dans les rues. Je me souviens d'un portrait d'Arthur Rimbaud en pied que l'on voyait dans le quatorzième arrondissement de Paris lors de la démolition du quartier Bobillot -Vercingétorix dans les années 70. Il doit me rester quelques photos de cette époque. Celle-ci représente le poète et cinéaste Pier-Paolo Pasolini qui fut assassiné sur une plage d'Ostie de façon particulièrement horrible (en fait sûrement un assassinat politique déguisé en crime crapuleux), portant lui-même son propre cadavre qui ressemble à celui du Christ descendu de la croix. Pignon-Ernest l'a collé dans les rues de Rome et de Naples. Cette photo est la copie d'une reproduction à l'échelle d'une photo prise dans une rue de Rome. (Linked with Monday murals)

vendredi 5 juillet 2019

Un jour très particulier



Voilà,
Je n'ai jamais mis de photos de ma fille en ligne, pour la protéger. Mais celle-ci est assez ancienne pour que je puisse la publier. J'aime beaucoup ce portrait que nous avons pris ensemble en Calabre, durant l'été 2012. C'est elle qui, après avoir trouvé la fonction retardateur sur mon appareil a  souhaité voir ce que ça donnerait si on  activait le flash dans la lumière du jour. Elle avait alors 11 ans. Son sourire, cette façon qu'elle a de passer son bras autour de mon cou et son regard me bouleversent sans que je ne puisse trop expliquer pourquoi. 
Aujourd'hui, est un jour particulier. Elle a obtenu son bac avec la mention "Très bien". Je suis fier d'elle. Je suis heureux pour elle et pour sa mère. Ce succès nous remplit de joie. Lorsque je l'ai appris ce matin, j'ai été submergé par l'émotion. Je n'imaginais pas que cela me ferait tant d'effet.
C'était peu de temps avant que j'aille jouer devant une salle plutôt clairsemée pour ma deuxième représentation publique (hier nous avons fait une sorte de générale) et cela s'est plutôt bien passé. La satisfaction n'est en général pas mon fort, mais je trouve que j'ai plutôt bien assuré, et même mieux que ça. Bon évidemment c'est encore très perfectible, mais tout de même. Je ne suis pas mécontent d'en être déjà là. Et assez surpris. Le plus difficile maintenant c'est de ne pas se relâcher de garder la tension et la concentration et de continuer à progresser sur cette base. 
À part ça, cette débauche de spectacle sur Avignon, cette hallucinante quantité d'acteurs, tous ces gens qui ne cessent de vous solliciter, de vous proposer des tracts, de vous encourager à venir les voir a quelque chose d'absurde et de vertigineux tout à la fois. Cette fin d'après-midi, j'ai déambulé dans les rues encore chaudes de la ville, dans une sorte d'hébétude presque hallucinée. Jai croisé des gens que je connaissais, parfois accompagnés d'inconnus qui m'ont été présentés, et dont je ne me souviens déjà plus, parce que je souffre de prosopagnosie. J'ai serré des mains, fait des bises (c'est dingue le nombre d'inconnus qu'on peut embrasser dans cette profession, le côté "grande famille" sans doute), j'ai formé des phrases, j'ai parlé, j'ai moi aussi fait des présentations. Avec la femme de Pierre croisée par hasard, nous avons brièvement évoqués nos vingt ans, lorsque nous venions déjà au festival. C'est tellement étrange de me trouver là, cette année, si inattendu... 

mardi 2 juillet 2019

Croissants chauds



Voilà
ce qui m'a principalement occupé ces derniers semaines : je reprends un rôle (le comédien initial s'étant engagé sur un autre projet) dans un spectacle qui a déjà été joué l'année dernière au festival d'Avignon, et qui est reprogrammé cette année. J'ai donc dû apprendre un texte la plupart du temps tout seul, avec parfois l'aide occasionnelle mais précieuse d'une amie attentive qui m'a aidé à mémoriser certaines séquences affrontant au passage mes impatiences, mes inquiétudes et en la circonstance mon caractère soupe-au-lait. Je crains d'ailleurs d'avoir au bout d'un moment découragé sa bonne volonté. J'ai aussi dans le salon de mon partenaire, qu'il a plutôt large, parfois répété avec lui afin de mémoriser, brochure en main, quelques déplacements. En guise de spectateurs j'avais les nombreux livres de sa bibliothèque et quelques masques africains. Enfin j'ai passé quatre matinées à essayer d'intégrer les déplacements et les manipulations d'accessoires en présence d'un regard extérieur dans un étroit studio de répétition. Cela ne fait pas beaucoup de préparation et depuis il s'est passé une semaine sans que je ne voie mon camarade, parti travailler dans le sud. Comme le principe du festival off est l'alternance sur toute une journée de plusieurs spectacles dans une même salle j'aurais peut-être une répétition dans les conditions de représentation, ce qui laisse augurer un début d'exploitation assez périlleux pour ma part. J'ai beau avoir visionné et revisionné une captation du spectacle, c'est quand même avec pas mal d'appréhension que je me lance dans cette expédition. Le texte manque de fluidité, ne vient pas facilement en bouche, et, à l'heure où j'écris ces lignes, tout me semble très approximatif.

Bon je sais que ce n'est pas Verdun, ou le Vietnam, et j'ai fait suffisamment d'autres métiers dans la vie pour savoir, qu'il y en a quand même de bien plus cons et de plus pénibles. Après tout personne ne m'a obligé à me lancer dans cette affaire. Peut-être m'y suis-je simplement engagé de façon un peu inconsidérée, sans vraiment réfléchir, flatté sans doute de ce que j'ai pris pour un gage d'amitié et de confiance, ce qui a priori ne se refuse pas de la part de quelqu'un qui me connaît depuis longtemps avec lequel j'ai déjà joué, et pour qui j'ai de l'estime.
Probablement y ai-je aussi vu l'occasion de changer d'air en bonne compagnie tout en donnant à entendre avec humour des choses qui susciteront la réflexion. En effet notre duo proposera, sous la forme d'une conférence un peu fantaisiste, une adaptation de l'ouvrage du philosophe Ruwen Ogien, récemment disparu, intitulé "De l'influence de l'odeur des croissants chauds sur la bonté humaine".
 On trouvera dans ce spectacle des histoires de canots de sauvetage qui risquent de couler si on ne sacrifie pas un passager, de trains fous qu’il faut arrêter par n’importe quel moyen, y compris en jetant un gros homme sur la voie. On y évoquera des récits d’expériences montrant qu’il faut peu de choses pour se comporter comme un monstre, et encore moins pour se comporter comme un saint … But du jeu : montrer que tout, en morale, peut et doit être questionné. Que les intuitions dont on se réclame ne sont jamais si claires qu'on croit ni si assurées qu'on dit. Que les doctrines se contredisent toujours, les principes parfois. Et que l'entraide et la bienveillance tiennent à peu de chose. Chaque fois, les questions sont : que faire ? Au nom de quoi approuver ou condamner ? Quel genre de règles, de raisonnements et d'évidences mettez-vous en œuvre pour vous prononcer ?

Bref c'est pour cela que je redescends là-bas. Des images d'Avignon l'été me reviennent en mémoire. L'agitation, la chaleur, le bruit, les murs couverts d'affiches qui enlaidissent cette ville belle et endormie tout le reste de l'année... Les moments heureux aussi et ceux où je me sentais submergé par une sensation d'absurde et de solitude. Tout se mélange. Les souvenirs de jeunesse, quand j'imaginais le futur où je suis désormais, les visages, des gestes furtifs, des spectacles bien sûr, des repas pris sur le pouce, des expositions saisissantes, des discussions, des conférences mais aussi les heures accablantes où l'on cherche l'ombre, les murs chauds en fin d'après-midi. En plus c'est la canicule, il est prévu entre 34° et 38° pour la semaine qui vient... Je redoute tout ça, d'autant plus que je ne suis jamais resté dans cette ville durant toute la durée du festival. Ah si, mais j'avais alors 20 ans, c'était le même corps, mais jeune, vigoureux, impatient de s'éprouver toujours plus intensément. Les belles années passent vite. J'espère que je n'ai pas présumé de mes forces. Jamais je ne me suis senti aussi vulnérable. Allez, haut les cœurs, je vais faire l'acteur. 
À l'heure qu'il est j'ai programmé deux trois articles pour Juillet. Je ne sais pas si je publierai beaucoup ces prochaines semaines. Ou alors des trucs écrits il y a longtemps, sans grand rapport avec l'actualité. Il serait bon que je prenne un peu de recul, tout de même.



jeudi 27 juin 2019

J'aime / je n'aime pas (8)


Voilà,
j'aime quand la réalité offre des perspectives cubistes comme celle-ci
je n'aime pas devoir penser à tout ce qu'il faut checker avant un départ
j'aime voir une jolie femme lire un bon livre dans les transports en commun
je n'aime pas m'apercevoir que de nouvelles douleurs ont pris possession de mon corps et s'y installent
j'aime quand je suis capable (rarement) de faire preuve de sens pratique ; je me sens alors prodigieusement intelligent 
je n'aime pas devoir me résoudre à l'idée que j'ai désormais plus de souvenirs que de projets
j'aime refaire de temps à autre des photomontages comme autrefois, mais sans colle ni papier
je n'aime pas le silence encombré de non-dits
J'aime savoir qu'il y a le bar "Les philosophes" à Draguignan, je ne sais pas si je le reverrai un jour
Je n'aime pas devoir à la fin de chaque semaine devoir remplir le pilulier pour la suivante car c'est un geste de vieux
j'aime préparer des salades niçoises quand arrivent les beaux jours
je n'aime pas l'eau croupie au fond des vases
j'aime ranger mes livres dans la bibliothèque après les avoir recouverts de papier cristal
je n'aime pas que des organismes de crédit dont je n'ai rien à foutre me harcèlent par mail ou SMS
j'aime me réveiller tôt le dimanche et écouter cette émission sur France musique consacrée à Bach
je n'aime pas cette sensation de devoir toujours me presser
j'aime quand des choses imprévues et agréables surviennent dans ma vie
je n'aime pas ce moment où je dois admettre qu'il faut que je prenne rendez-vous chez le coiffeur
j'aime particulièrement les dessins d'enfants, ils me fascinent littéralement
je n'aime pas le sentiment de solitude et d'abandon qui m'étreint à l'approche de l'été
J'aime Dumka, du Quintet pour piano en la, Op 81 de Dvoràk que j'ai récemment découvert, bien que le thème initial ne m'était pas inconnu
je n'aime pas me sentir comme "la bonne poire" ou "le dindon de la farce"
j'aime beaucoup les artichauts, je les ai toujours aimés
(Linked with the weekend reflections)

mardi 25 juin 2019

Soleil sur l'église St Sulpice.


Voilà,
c'était le dimanche 5 aout 2018 au soir. Il avait fait terriblement chaud, et les deux jours suivants seraient encore pire. Sur les réseaux sociaux commençaient à se multiplier les messages sur le point de bascule du climat. Ce soir-là j'avais beaucoup pesté contre la maire de Paris et de son équipe municipale, parce qu'il était impossible, de trouver un vélo en libre service, à cause du changement d'opérateur chargé de les mettre à disposition. Finalement après maints échecs nous étions parvenus à trouver avec ma fille deux bicyclettes pour nous accorder une petite balade et jouer aux touristes dans notre ville. Ce n'était que l'année dernière, mais tout cela me semble bien loin, irréel presque. Aujourd'hui est une autre journée caniculaire. Je ne me sens pas très bien. "Comme une poupée cassée de l'intérieur". Certains amis me manquent. Cette nuit j'ai rêvé que je me noyais. (Linked with skywatch friday)

lundi 24 juin 2019

En vain


Voilà,
"la solitude ce n'est pas d'être seul, mais d'aimer les autres en vain". Ce vers de Mario Stefani qu'elle avait découvert, bien des années auparavant, écrit par des mains anonymes sur des murs de Venise, peu après que le poète s'y fut suicidé, lui revenait en mémoire. Les lampions de la fête n'allaient pas tarder à s'éteindre. Elle savait qu'elle continuerait à vagabonder dans les rues, vaguement grise. Elle chercherait d'autres bars, et sans doute une fois de plus y trouverait elle un inconnu aussi paumé qu'elle auprès de qui s'abandonner. Combien de temps allait-elle encore tenir à ce rythme là ? Parfois, dans une vitrine, au détour d'un reflet — et c'était toujours le même saisissement — Nathalie Marselan croisait le visage de sa mère, à la fois reproche et menace. Et elle s'étonnait qu'on pût ainsi vivre tant d'années au bord des larmes.

dimanche 23 juin 2019

En passant devant un mur peint


Voilà,
toute la semaine dernière, je suis passé devant cette fresque peinte sur un mur de Montreuil. Je n'ai rien d'autre à en dire, si ce n'est qu'au fur et à mesure des jours, ma présence à ce moment-là dans cette ville m'apparaissait de plus en plus absurde. Ce que j'allais y faire là-bas, j'en parlerai peut-être courant Juillet, selon la tournure que prendront les événements. Mais j'ai d'ores et déjà l'impression de m'être fourvoyé en acceptant une proposition pour laquelle j'aurais dû exiger plus de garanties. Une fois encore, au goût du travail bien fait s'oppose la dure loi des contraintes économiques. Pas de temps pas d'argent, mais cependant on exige de vous un résultat immédiat. Il faut être efficace, c'est à dire capable de produire le maximum de résultats avec le minimum d'effort et de dépense. Je veux dire de dépense de la part de celui qui manifeste cette exigence à votre égard. Et l'on vous fait aimablement sentir que cette confiance qu'on vous témoigne, sans pour autant vous donner les moyens d'y répondre, est une faveur dont, à moins d'être ingrat, vous devriez être reconnaissant, car tout de même, si ça marche il pourrait y avoir au bout quelques gratifications narcissiques. Et soit dit en passant il arrive qu'en de telles circonstances l'amitié en prenne un coup. (Linked with Monday murals)


mardi 18 juin 2019

Vallée de la Roya


Voilà,
cette photo a été prise dans la vallée de la Roya, l'été 1986, lorsque, Philippe, Dominique, Gérard Agnès et moi étions en chemin vers le parc naturel du Mercantour et la vallée des Merveilles. À l'époque, mais personne ne le savait vraiment, ce fut une des régions la plus contaminée de France par le nuage de Tchernobyl. Quelques trente après c'est devenu un endroit de forte concentration policière en même temps qu'un lieu de passage pour des hommes et des femmes venus d'Asie centrale et de l'Afrique subsaharienne qui fuient la misère et les guerres qui ravagent leurs régions. 
Les mirages de la mondialisation heureuse que l'on ne cessait de nous vanter au début des années 1990, sont loin derrière nous, et désormais tous les laissés-pour-compte de ce qu'on appelait autrefois le tiers-monde remontent vers les contrées où règne une paix relative et une prospérité de façade. Les lois récentes adoptées un peu partout en Europe, les résultats des élections européennes, ainsi que les dispositions prises à l'encontre de ces personnes courageuses qui ont traversé tant d'épreuves au regard desquelles les pérégrinations d'Ulysse font figure d'aimable plaisanterie, prouvent qu'ils ne sont pas les bienvenus. Un article paru début juin pointe la responsabilité des autorités européennes dans la mort de 14000 migrants sur les cinq dernières années. En France notre ministre de l'intérieur a récemment accusé les ONG qui se sont données pour missions de sauver ceux qui voyagent en mer sur des embarcation de fortune d’être “complices” des passeurs. Sur le sol français, On poursuit ceux qui accueillent et aident les migrants démunis, eux mêmes arrêtés dans des conditions qui rappellent la Police de Vichy — mais la police reste la police — au motif qu'ils contreviennent aux lois de la République. Pourtant, dans ces régions particulièrement rudes (surtout pendant l'hiver où de nombreux migrants on trouvé la mort) ils font juste preuve d'humanité et de générosité en portant secours et assistance à des hommes et des femmes en grand danger. 
Le regard que l'on porte sur les paysages change en fonction de ce que l'on connaît de leur histoire. Les Alpes provençales, qui ont tant souffert de l'occupation allemande pendant la seconde guerre mondiale, et où la résistance a payé un lourd tribut, nous rappellent qu'elles demeurent de vraies montagnes, hostiles à ceux qui ne les connaissent pas. 
Quant à la Méditerranée si bleue, apparemment si accueillante elle ne se roucoule plus comme le faisait Tino Rossi. Elle constitue aussi un redoutable gouffre rejetant des cadavres, qui parfois font la une des journaux et que l'on oublie trop vite ensuite. Là encore, on maltraite ceux qui ne font que respecter le code de la mer, régi par des conventions internationales. Ainsi Pia Klemp. Cette jeune capitaine, avec son navire, s'est portée au secours des exilés qui risquent de se noyer en pleine mer et a sauvé des centaines de vies dans la mer Méditerranée conformément au droit maritime qui prévoit qu'un capitaine doit porter secours aux personnes en détresse. Plutôt que d'être félicitée et soutenue, Pia Klemp est poursuivie par le gouvernement italien d'extrême droite. Elle est jugée pour "aide à l'immigration", et risque 20 ans de prison en ce moment même ! 

dimanche 16 juin 2019

Une fresque de Miquel Barceló


Voilà 
le détail d'une fresque éphémère, intitulée "Le triomphe de la mort" réalisée par Miquel Barceló, le grand peintre natif de Majorque. Elle est réalisée avec de l'argile sur une des baies vitrées du musée Georges Pompidou, dans le cadre et pour la durée de la très passionnante exposition "Préhistoires" qui, dans une élégante scénographie, propose un éclairage subtil et original sur le lien unissant la préhistoire à l'art moderne et contemporain. (Linked with Monday mural)

vendredi 14 juin 2019

Le printemps qui manque


Voilà,
j'ai trouvé dans cette vitrine les couleurs qui manquent à cette fin de printemps. Quasiment tout le mois de Juin, à l'exception d'une journée caniculaire, a été gris et pluvieux en région parisienne avec quelques rares éclaircies entre deux ondées. Celle que j'ai vue au Palais-Royal mercredi dernier après une bonne saucée rendait une belle lumière. Il a même fait assez froid ces dernières semaines, et voilà qu'on annonce pour les jours à venir, un pic de chaleur avec des températures de 30°. Ces écarts sont assez pénibles pour l'organisme. mais peut-être enfin vais-je pouvoir remiser les pulls au placard.


Quoiqu'il en soit c'est un mois de Juin déjà étrange pour moi. Une fois de plus je n'ai pas fait ce que je me promets de faire depuis des années : prendre quelques jours de vacances à ce moment là, avant la saison touristique. Toujours, à pareille époque, des obligations professionnelles me retiennent ici, obligations auxquelles je ne peux me soustraire évidemment liées au fait que je manque toujours d'argent. Cette année, pourtant j'avais envisagé de passer quelques jours à la campagne dans le sud, mais des choses imprévues sont advenues. Cette fois-ci, c'est d'une bien étrange affaire dont il s'agit. J'en reparlerai plus en détails d'ici quelques jours. Une opportunité me fait renouer avec une activité que j'avais vaguement délaissée depuis quelques années. L'effort et l'énergie que cela requiert, je les avais oubliés. Et me voilà contraint de solliciter une part de moi-même longtemps demeurée en friche. Et c'est un gros travail pour obtenir le résultat que je souhaite car il y a beaucoup de vents contraires, paresse, fatigue et autres contingences. Je me demande parfois si je n'ai pas été un peu présomptueux. (Linked with weekend reflections)

jeudi 13 juin 2019

Comme la Troie de Schliemann



Voilà
" Londres a tout d'une cité en constante évolution : se superposant aux strates antérieures, couche après couche et jusqu'à un temps reculé, le prėsent y recouvre le passé à la manière d'un filtre transparent, exactement comme la Troie de Schliemann est enfouie sous d'autres habitats ( Oliver Sacks) linked with skywatch friday)

mardi 11 juin 2019

Devant la porte


Voilà,
j'ai une tendresse particulière pour les pauvres d'esprits, les attardés, les trisomiques, les idiots congénitaux, dont au fond je me sens assez proche, et cela bien avant cette histoire dans le métro que j'ai déjà évoquée, il y a longtemps. Il paraît que pour l'expression française "un ange passe" qui désigne un long silence dans le cours d'une conversation, l'équivalent russe se dit "un crétin est en train de naître". Linked with the weekend in black and white

dimanche 9 juin 2019

En repartant de Marie-Galante


Voilà,
j'ai retrouvé ça par hasard, en cherchant tout autre chose. Je me suis dit que cela ferait une bonne image pour Monday murals. J'avais pris cette photo sur le port, juste avant de quitter Marie-Galante, où j'étais venu passer la journée. J'avais loué un scooter, moyennement sécurisé et je m'étais baladé sur l'île, m'arrêtant sur des plages, dans une mangrove aussi, que j'avais visitée en canoé. Je m'étais promené à l'intérieur des terres, et c'était bon de rouler comme ça, de renouer avec des sensations adolescentes, de découvrir les paysages variés de cette île, fredonnant cette mélodie de Laurent Voulzy qui évoque avec douceur le sentiment de solitude et de séparation. Et puis, quand même, tout ce soleil en plein mois de février, c'était vraiment bon.




À l'époque, en 2010, ce blog avec lequel j'entretiens un rapport de plus en plus ambigu, n'en était qu'à ses balbutiements. C'était un dérivatif, une vague tentative encore confuse. Je m'étais lancé là-dedans sur les conseils de Coralie, qui en tenait un qu'elle a depuis fermé, mais je n'en avais parlé à personne. C'est elle d'ailleurs, qui écrivit le premier commentaire, lorsqu'elle découvrit par hasard son existence. Au cours de ce voyage aux Antilles, je n'y songeai pas trop. Ce n'est qu'au retour que je me suis peu à peu investi dans cette entreprise. Je n'imaginais pas alors, que cela finirait par prendre tant de place dans mon existence. Cela me rappelle un peu cette tranche de vie entre 1984 et le début des années 2000 durant laquelle j'ai noté mes rêves. J'ai cessé de le faire un peu par lassitude, par angoisse aussi, car je faisais beaucoup de cauchemars où la vie de ma fille encore bébé était en danger si bien que j'ai renoncé à les noter, et peu à peu j'ai fini par me désintéresser de mes rêves. Je me demande si je ne parviens pas, avec ce blog au même point de lassitude et d'angoisse. La seule différence tient au fait que j'ai des lecteurs. Un lien de connivence s'est établi avec eux puisque j'éprouve de l'intérêt pour leurs publications, et qu'il arrive que nous correspondions.
Je m'en suis déjà expliqué quelquefois, il s'agissait, lorsque j'ai commencé, d'oser écrire en admettant la possibilité d'être lu. D'autre part je tenais absolument à ce qu'il y ait des images, souhaitant établir un lien entre texte et images. Disons que la plupart du temps, ces dernières ont constitué un prétexte. D'ailleurs l'ordonnancement de la page le montre bien : c'est, à de rares exceptions, l'image qui apparaît en premier, et la plupart des libellés sont en relation avec l'image.
Pourtant, au cours des années, le fait d'écrire a pris une place de plus en plus importante. Aujourd'hui, de nombreux billets bien que rédigés depuis longtemps, sont programmés pour être publiés ultérieurement. Ce qui est totalement absurde. D'autant qu'en les relisant je me demande s'il est bien nécessaire de les porter à la connaissance du public. L'humeur qui les a générés n'est plus la mienne. Ou bien l'actualité à laquelle ils font référence se trouve à présent ensevelie sous l'avalanche d'autres nouvelles à leur tour devenues anciennes. Désormais me voici encombré de mots et de pensées dont l'intérêt me semble douteux. Encombré aussi de cette entreprise qui peu à peu s'est dévoyée en une sorte de journal extime, plutôt qu'une entreprise esthétique.