lundi 20 juillet 2015

Dormir pour oublier (18)


Voilà,
c'était quand déjà ? Il y a un an, deux ans ? c'était l'été je me souviens, en dépit des feuilles mortes jonchant le sol. Oui peut-être l'année dernière quand je suis repassé en juillet entre Avignon et la Corse. Un été pourri à Paris cette année là. Bon, on s'en fout, il ne s'agit pas de parler de la météo de l'année dernière. Mais des pauvres au rebut, abandonnés au sol comme les encombrants dont on cherche à se débarrasser. Ils cadavrent sur les trottoirs et tout le monde s'en fout. Lui, il a trouvé un matelas. Une aubaine sans doute pour lui. Un luxe dans sa détresse... C'est étrange l'Humain. Capable de laisser son prochain agoniser sur l'asphalte dans la plus grande indifférence. Peu soucieux de la planète qu'il saccage avec une obstination frénétique. Tranchant des têtes des mains, bombardant aveuglément par-ci par là pour des dieux qui n'existent pas et cependant suffisamment ingénieux pour envoyer des satellites aux confins du système solaire et y enregistrer les images saisissantes d'une planète où jamais un terrien ne pourra se rendre.

2 commentaires:

  1. Ah ! l'homme est un étrange animal ! le seul assez intelligent pour creuser la terre
    de toute part et mettre à l'air libre ce qu'il trouve sous les pieds ! juste pour faire
    du profit et transformer la terre en gruyère ! elle finira bien par ne plus tourner rond !
    alors tu penses bien qu'un pauvre type qui dort là devant toi ....pour oublier, on l'oublie
    l'homme rêve d'autres planètes
    ça fiche le bourdon aussi ça !
    allez je t'envoie un chouilla de bon moral ! bonne semaine

    RépondreSupprimer
  2. I wish everyone could find a mattress when they need one--- And I wish there were more logic in the world.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir