vendredi 11 octobre 2013

Dévasté

Paris 14ème (1990)
Voilà
autant que la somme de tous ces hasards heureux ou malencontreux qui infléchissent le cours de la vie, nos existences sont aussi constituées de ces possibles que nous n'avons pas pu, pas su ou pas voulu investir en d'autres temps, et qui peut-être nous auraient fait différents.

5 commentaires:

  1. Voilà

    Tout à fait d'accord avec toi. Tu as lu La musique du hasard de Paul Auster?

    Amicalement Dámaso

    RépondreSupprimer
  2. je me demande ce que sont devenus les lieux décrits par la photo.
    Quant au reste, le hasard dans une vie ne se présente qu'une seule fois sous un seul visage, alors les possibles qui ne sont plus des hasards serions les seuls à les gérer ?

    RépondreSupprimer
  3. Je regrette ce que je t'ai dit avant-hier. Nous sommedes gens sensibles. J'admire ton travail entre tous. Sinon, dis-moi, pourquoi me serais-je accroché à ce blog plus qu'à un autre ? Non, pas d'explication de texte, pitié ! Je maintiens (pour ne pas être plus fragile que toi), oui je maintiens ce que je voulais te dire. Que c'est beau, que j'ai été bouleversé. Je suis très peu visuel (c'est peu dire) et ton texte m'a complètement accroché. Je suis mauvais en arts plastiques. Bon, ce qui m'accroche, chez toi, c'est cet art impeccable d'associer si régulièrement image singulière et texte singulier, avec une exactitude que tous ceux qui te suivent, je pense, appellent un art. Bien à toi. Et par exemple, ce que tu nous donnes là, aujourd'hui, ça me bouleverse et je ne sais pas en parler. "Voilà".

    RépondreSupprimer
  4. Je ne vais pas tourner autour du pot, c'est d'la balle.
    Et comme Alen Leoz, je te trouve très beau.

    lidia

    RépondreSupprimer
  5. "image singulière et texte singulier,...ce que tu nous donnes là, aujourd'hui, [...] me bouleverse et je ne sais pas en parler. "Voilà"

    on ne saurait dire mieux

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir