mercredi 20 mars 2013

Dans le magasin désert


Voilà
dans le magasin désert où l'on ne vend que des produits surgelés, une immense envie de pleurer le submerge soudain. La sensation que même ici il n'est plus à sa place, qu'il n'a plus rien à y faire. Tout à coup la réalité le rattrape violemment. Là devant les sachets de légumes à l'ancienne, et les boîtes de purée de patate douce en promotion, lui apparaît avec une évidence croissante que le moment critique et tant redouté se rapproche inéluctablement et qu'il n'a toujours pas trouvé de solution pour y faire face. Jusqu'à maintenant il s'est efforcé de faire comme si le problème n'existait pas, et de croire au miracle. Mais à présent il sent bien que cette hypothèse se révèle, dans la conjoncture actuelle de plus en plus improbable... 

3 commentaires:

  1. Estupenda fotografía para mostrar la triste realidad del momento actual que nos ha tocado vivir...y que nos están haciendo sufrir!!!

    Las dos anteriores también me han gustado...un gran abrazo!!! ;)

    RépondreSupprimer
  2. just this morning i was thinking about the what if's. what if the world did not have mystery or miracle? how might i survive? would i want to?

    i would not.

    in this world that you represent i understand how you feel bereft of mystery, meaning, significance. only go to this world as required. there is another world, a.))) there is. take it on trust.

    but i know that it is difficult to find. how to draw a miracle to yourself? damn. alone it is (perhaps) nearly impossible. (are you alone? and by this i do not mean in body, but in spirit, for sometimes being alone in spirit is by extreme so much more naked than being alone in body.)

    if you are alone in spirit then go to the other world, the real world, where the sun shifts, shadows fall and mystery represents itself.

    (i never quite know if this is autobiographical or not but i take it to be so, so please forgive me if it is not so.)

    xo
    erin

    RépondreSupprimer
  3. Merci Olivier Milo pour votre commentaire que j'ai malheureusement effacé par inadvertance et maladresse

    RépondreSupprimer