jeudi 28 mars 2013

Le brasier ardent


Voilà,
c'est comme pour cet autre dessin que j'avais mis en ligne il y a quelques mois. Je n'y suis pas pour grand chose. J'ai juste traficoté le fond, et trouvé un titre, mais la silhouette, c'est ma fille qui l'a dessinée il y a bien longtemps. J'adore ce personnage. Il m'intrigue. J'aurais aimé le faire venir. Les dessins d'enfants me fascinent. Et aussi ceux des artistes de l'art brut. J'ai malheureusement encore trop de culture, de savoir accumulé - qui ne m'aide pour autant pas à vivre, ça m'encombre plutôt - pour devenir comme eux. En fait j'ai une vocation contrariée d'idiot du village. Trop sage, trop conscient, trop occupé à essayer de faire bonne figure. C'est pourquoi je trouve aussi Joan Miro merveilleux. Il a su garder, ou plus exactement retrouver, dans ses dessins ses sculptures et ses toiles cette fraîcheur cette immédiateté et cette fantaisie d'une joyeuse insolence. Rester dans l'enfance de l'art. J'y repense à cause des reproductions que j'ai vues récemment sur le blog apaisant de Colo où il y a aussi tant de poèmes à découvrir. Et puis j'associe ce peintre à une discussion - je devais avoir une vingtaine d'années - avec Philippe. Je m'étonnais qu'il y ait une reproduction de Miro dans le salon et qu'il trouve ça beau. Il m'avait juste dit que cela le touchait, que ça lui plaisait. Il n'avait pas cherché à me convaincre, à argumenter. Il ne m'a pas jugé non plus. Il m'a juste laissé trouver mon chemin vers cette œuvre. Cela a pris du temps.

6 commentaires:

  1. Comment peut-on prendre du temps pour aimer Miró ? Miró, on l'aime (ou plutôt ses tableaux) au premier regard. Du moins, ce fut mon cas.
    Ensuite, les artistes qui font de l'art brut ne sont pas forcement incultes... ça peut être tout simplement un choix, une vision, une contestation …
    Le savoir n’est jamais encombrant ; ce qui peut être encombrant, c’est de lui accorder plus d’importance qu’il en a. Puis d’ailleurs, c’est quoi le savoir ? L’histoire ? La géo ? la philo ?
    Nous vivons dans une illusion (j’aime beaucoup la physique cantique)… alors bon, le savoir, c’est très relatif… et la culture, soit elle sert la vanité, soit elle sert à nous faire prendre conscience de notre ignorance.

    Le dessin est magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les choses ne sont pas données d'emblée. Il y a tant de gens d'œuvres à côté desquels on passe sans même les apercevoir juste parce qu'on n'est pas en mesure de les apprécier, parce que certains événements ont sali le regard, certaines paroles souillé la pensée

      Supprimer
    2. Je suis bien d’accord ! Raison pour laquelle je me méfie du savoir comme de la peste ! Le savoir sert surtout à créer des préjugés (le savoir et l’expérience).

      Proust a dit dans "Du côté de chez Swann" : "Nous sommes très longs à reconnaître dans la physionomie particulière d'un nouvel écrivain le modèle qui porte le nom de " grand talent " dans notre musée des idées générales. Justement parce que cette physionomie est nouvelle, nous ne la trouvons pas tout à fait ressemblante à ce que nous appelons talent. Nous disons plutôt originalité, charme, délicatesse, force ; et puis un jour nous nous rendons compte que c'est justement tout cela le talent."

      C’est tellement juste que ça peut s’appliquer à n’importe quoi.

      Bonne journée, Kwarkito !

      Supprimer
  2. p.s. : la physique cantique et la physique quantique, sont des musiques intemporelles … Bach mélangeait déjà l’une avec l’autre… ;)

    RépondreSupprimer
  3. J'adore cette image.
    Un dessin d'enfant pour un personnage sans âge, qui tente mais peine à s'accorder au brasier alentour. La silhouette n'est pas sans évoquer pour moi le personnage étrange du petit (vieux ?) croquis. Quelque mystérieuse filiation sans doute...

    RépondreSupprimer
  4. Mots, notes et couleurs, Miró naviguait entre les trois:
    "Trato de aplicar colores como palabras que forman poemas, como notas que forman música." (J'essaye d'appliquer les couleurs comme des mots qui forment un poème, comme des notes qui forment une musique). Si je/on regarde ses tableaux avec ces mots en tête, ils prennent vite un sens différent de ma/notre simple perception immédiate.
    D'accord aussi avec Paula et toi...et la si parfaite phrase de Proust bien sûr!
    Merci pour le lien vers mon blog.
    Belle journée Kwarkito.

    RépondreSupprimer