mardi 14 janvier 2014

Le sens de la proportion


Voilà,
C'est que je crains pour mon kyste dit Camier.
Ce qu'il te manque à toi, dit Mercier, c'est le sens de la proportion.
je ne vois pas le rapport dit Camier.
Voilà, dit Mercier, tu ne vois jamais le rapport. Quand tu crains pour ton kyste, songe aux fistules, et quand tu trembles pour ta fistule, réfléchis un peu aux chancres. C'est un système qui vaut également pour ce que d'aucuns appellent encore le bonheur. Prends un type par exemple qui ne souffre de rien, ni au corps ni à l'autre truc. Comment va-t-il s'en sortir ? C'est simple, en pensant au néant. Ainsi dans chaque situation, la nature nous convie-t-elle au sourire, sinon au rire.
Encore dit Camier.
Merci dit Mercier. Et maintenant envisageons calmement les choses.
Après un moment de silence Camier se mit à rire. Mercier lui aussi finit par trouver cela drôle. Ils rirent donc ensemble pendant un bon moment, en se tenant par les épaules afin de ne pas s'effondrer.
Quelle franche gaîté dit Camier, enfin. On dirait du Vauvenargues.
Enfin tu comprends ce que je veux dire, dit Mercier
Comment te sens tu aujourd'hui ? dit Camier. Je ne te l'ai pas encore demandé.
Je me sens débile dit Mercier, mais plus résolu que jamais. Et toi ?
Pour le moment ça va dit Camier.
In "Mercier et Camier" de Samuel Beckett

2 commentaires:

  1. Magnifique extrait, je l'avais oublié.
    Comment s'en sortir est bien la question et le rire, "la franche gaîté", même débile, surtout débile parfois, quand on y arrive, est un cadeau.
    Oui, great picture! merci l'artiste.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir