jeudi 9 janvier 2014

Au Select


Voilà,
une fois compris que la situation ne se stabiliserait pas avant six mois et que d'ici là ça serait très dur de tenir, il y eut comme un léger vertige et une sorte d'étourdissement. C'était tout de même bien inconséquent de venir prendre un café dans ces murs. On a beau essayer d'être optimiste, parfois ça frôle l'inconscience. C'est qui déjà qui a dit "le réel c'est quand on se cogne" ?

5 commentaires:

  1. si mon blog est de qualité le votre l'est tout autant!!
    je vous souhaite bon courage , il m'en faut tout autant pour 2014...
    merci d'être passé.
    Jorge

    RépondreSupprimer
  2. désolé pour la redondance...pas bien réveillé puis plus de clopes..
    mes amitiés

    RépondreSupprimer
  3. Muy interesantes las fotos cubistas, y esta ultima
    es buenísima, los textos como siempre muy buenos.
    Un saludo, Ángel

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi, je te souhaite bon courage.
    Amicalement, Dámaso

    RépondreSupprimer
  5. 6 mois … une goutte d'éternité
    qui passe comme un courant d'air
    … en évitant de se cogner
    et de suivre Lacan !

    RépondreSupprimer