vendredi 20 septembre 2013

Le Reproche

Plage de Leffrinckoucke 1994
Voilà
ce qui est écrit : une sorte de long travelling au bord d'une plage. Tu es là. Au début du rêve tu te tiens debout et tu observes l'océan avec un regard déterminé et perçant. Tu portes une sorte de manteau léger beige, mais ce sont tes yeux que je vois, c'est à dire que je vois tes yeux de près et ta silhouette à distance. Une phrase me traverse qui dit je crois "Comme tu te tiens droit comme tes épaules dominent ton corps et se redressent, un corps apaisé" prononcée doucement un peu à la façon de "que vous êtes joli que vous me semblez beau" dans la fable de La Fontaine, mais tu ne l'entends pas. Ensuite, il y a une sorte de hutte, très sommaire, qui bouge un peu. Image floue. Brume peut-être. Un bleu très profond, très gris aussi, un gris bleu quoi. Je te retrouve après et je te demande si tu veux venir nager avec moi dans cet océan. Je précise "elle est froide tu sais". Je suis persuadée que tu vas répondre non je n'aime pas nager je n'aime pas le froid je n'ai pas envie et là tu dis oui. Mais le rêve se termine avant que nous n'allions vraiment dans l'eau... Bien des années après, une femme évite de me parler, se détourne quand elle m'aperçoit. Elle avait pourtant semblé admettre comme tout à fait déraisonnable la perspective de me baigner dans ses songes.

1 commentaire:

  1. the photo is like a painting, and the dream is the lovely mystery

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir