jeudi 26 avril 2012

Triste anniversaire


Voilà,
26 ans après on en est encore là, avec un sarcophage en béton qui n'est toujours pas achevé, et le premier sarcophage qui fuit de toute part. Quant aux nouvelles de Fukushima elles ne sont guère plus rassurantes. On va doucement vers le pire, dans l'indifférence générale et l'aveuglement au désastre somme toute plus confortables qu'un changement de paradigme. Et comme ils sont toujours d'une actualité brûlante, les aphorismes de Cioran "Nous savons maintenant que nous galopons vers des horizons d'apoplexie, vers l'âge d'or de l'effroi. Si l'histoire avait un but, notre sort à nous autres qui n'avons rien accompli, comme il serait lamentable. Mais dans le non-sens général, nous dressons, roulures inefficaces, canailles fières d'avoir eu raison. Plus d'un signe annonce l'hégémonie du délire Nous voici maintenant à la fin des tristesses prudentes et des anomalies prévues".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire