samedi 14 avril 2012

Something is happening and you don't know what it is


Voilà,
perdu dans d'interminables et labyrinthiques couloirs, il avait longtemps erré avant de parvenir enfin à cet escalier qui lui semblait situé dans un hall mais dont il n'était pas tout à fait certain qu'il ne fut pas non plus à l'extérieur. Dans le bâtiment désert, à l'exception de silhouettes presque transparentes quelques marches plus bas qui, si par hasard il s'avisait de leur adresser la parole, lui causeraient - de cela il était persuadé - bien des tracas (il n'est en effet jamais bon de causer avec des fantômes inconnus) son retard désormais ne faisait plus aucun doute, et jamais il ne retrouverait la salle d'examen. S'accoudant à la rambarde il constata que le visage se reflétant dans la vaste baie vitrée de l'Edifice non seulement ne ressemblait plus au sien, mais en outre, paraissait beaucoup plus jeune. Pourtant avec ses articulations douloureuses il s'éprouvait en mode semi-stable avec des problèmes d'automorphisme récurrents. Des plans de réalités divers glissaient mollement sur des temporalités aussi confuses qu'inadéquates. Les perspectives s'anamorphosaient imperceptiblement. Il devait se rendre à l'évidence : accorder ses courbes elliptiques et ses formes modulaires devenait de plus en plus difficile. (Linked with Weekend reflections)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

La modération des commentaires a été activée. Les commentaires ne seront publiés qu'après approbation de l'auteur de ce blog.

Publications les plus consultėes cette année