mardi 10 avril 2012

14 Juillet 83 (2)


Voilà
cela fait presque trente ans que cette femme s'est hissée à cheval sur la barrière. C'est un moment décisif. Celui de la réflexion qui précède le passage à l'acte. Son objectif est de parvenir à se mettre debout en équilibre. Y parviendra-t-elle ? Pour le moment un observateur attentif pourrait se demander si elle n'est pas, assise ainsi à califourchon sur la barrière, surprise par la nouveauté de la posture et ce qu'elle offre de confort et d'embarras tout à la fois. Mais bon, elle ne peut s'attarder de la sorte. Elle est tout de même venue voir le défilé. Trouver un poste d'observation, s'avère une tâche redoutable avec une part de risque et d'incertitude non négligeable. Une nécessaire évaluation de la situation s'impose.

2 commentaires:

  1. C'est drôle, je me disais mais pourquoi ne fais-tu pas l'interprétation du regard sous la jupe ? Parce-que c'est une autre femme et que ça ne "pourrait" pas arriver... Une interprétation, seulement... J'aime ce blog. Baisers rouges. A

    RépondreSupprimer
  2. Il ne me semble pas qu'elle regarde sous la jupe (et puis d'abord c'est une robe). Objectivement elle ne le peut pas. Par contre il est possible qu'elle soit effrayée par la possibilité qu'une fois son but atteint (mais rien n'est gagné), elle se retrouve dans la même situation, que sa jupe à elle s'abandonne au vent. Est ce que cela vaut la peine, tout cet effort s'il s'agit de retrouver dans une autre situation inconfortable ? Toutefois, elle a commencé une entreprise. Ne pas aller jusqu'au bout pourrait être interprété comme un manque de ténacité, de volonté, comme un signe de faiblesse, que l'autre femme (son amie sa mère sa tante ?) ne manquerait pas de lui rappeler à la moindre occasion. Ah comme ces petits rien qui ponctuent parfois nos vies peuvent parfois se révéler embarrassants...

    RépondreSupprimer