dimanche 8 novembre 2015

Comme tous les Rêveurs


Voilà
"comme tous les rêveurs, j'ai toujours senti que mon métier, c'était de créer. Comme je n'ai jamais su faire aucun effort, ni actualiser aucune intention, créer a toujours coïncidé pour moi avec le fait de rêver, de vouloir ou de désirer, et accomplir un geste, avec le rêve du geste que je souhaiterais pouvoir accomplir." Je ne sais pas pourquoi je songe à cette phrase de Pessoa en réalisant que cela fait maintenant six ans qu'un soir j'ai commencé ce blog. Je voulais assembler un texte et une ou plusieurs images, parce que j'ai plaisir à en fabriquer et qu'il me semblait que néanmoins, pas plus que les mots, elles ne se suffisaient à elles-mêmes. Je voulais sans doute aussi m'éprouver face aux mots et à la chose écrite. L'idée d'être lu n'allait pas de soi, alors. Depuis je me suis un peu désinhibé sur ce point. J'ai exploré des possibilités. Mais tout de même l'usage des mots me semble toujours aussi difficile et problématique. Je ne parviens pas à trouver la juste distance entre eux et moi. Je ne les maîtrise pas assez pour qu'ils reflètent ce que je pense ou ressens aussi justement que je le souhaiterais. J'essaie de m'y retrouver mais souvent ils me perdent. J'ai essayé de m'y rassembler, ils m'ont éparpillé. D'eux, je me sens prisonnier comme de mon corps. Je m'en méfie aussi. Ils sont tellement sujets à interprétation. Bien sûr ces lignes de Paul Ricœur devraient m'apaiser mais il n'en est rien. J'ai toujours ce fantasme d'une identité que je pourrais enfin trouver dans l'écriture, et qui tiendrait à un style. C'est un tel effort. J'aimerais être plus désinvolte avec eux, moins entravé. Les écrire me pose souvent plus de problème que de les prononcer. Il en a toujours été ainsi. Et pourtant voilà six ans que je me suis fait leur esclave. Sans doute comme le suggère Pessoa ne suis-je encore après tout que dans le rêve d'un geste que je souhaiterais accomplir. 

5 commentaires:

  1. Your words often fascinate, but I'm frustrated by having to rely on a machine to translate. Your pictures always speak clearly.

    RépondreSupprimer
  2. vraiment je me demande ....!??? ton écriture est fluide, agréable à lire !
    tes images sont originales et accompagnent toujours
    bien tes mots !
    alors.... voilà !!!
    je vais pas te souhaiter un bon anniversaire de blog, je trouve ça un peu.... comment dire ?
    enfin... voilà !
    A+

    RépondreSupprimer
  3. J'aime cette phrase de Pessoa. Et le doute est créateur. De beauté et de poésie. Et j'ai toujours plaisir à te lire. Les questions y sont vivifiantes...

    RépondreSupprimer
  4. Comme un anniversaire du rêve, de l'inachevé, d'un l'imparfait plein d'avenir.

    RépondreSupprimer
  5. Il y a tant de choses qui se jouent inconsciemment lorsque l'on décide de créer... Pour l'écriture, il y a cette phrase de René Char : “Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d’eux.” Il serait illusoire de penser que l'on puisse un jour maitriser les mots comme de saisir notre identité, aussi fluctuante que le sens des mots... Il ne nous reste plus qu'à suivre notre mouvement (notre multi-style) :-)

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir