mardi 6 octobre 2015

Histoire de Portes


Voilà,
j'avais passé l'après-midi dans un centre culturel où des gens que je ne connaissais que très vaguement constituaient le personnel d'accueil. Chacun des employés portait une chemise dont le motif s'avérait être l'exacte reproduction d'une toile accrochée aux cimaises. Je m'étais enthousiasmé pour cette idée, d'autant que l'une d'entre elles me plaisait particulièrement. Mais son possesseur semblait se méfier de moi. Sans doute craignait-il que je veuille la lui dérober. Au fur et à mesure que j'avançais dans l'espace d'exposition les salles devenaient de plus en plus désertes et vétustes. Puis je me retrouvai dans ce qu'il me semblait être une prison désaffectée, mais peut-être après tout n'était-ce qu'une installation, l'œuvre d'un plasticien. Les lourdes portes des cellules auxquelles avaient été assignés des noms de femmes conversaient entre elles. Chantal la bleue laissait entendre qu'autrefois elle avait été enfermée dans le regard et le désir d'un homme. "Alors ?" avait demandé la verte Emmanuelle. "Oh rien de particulier, pour moi c'est vite devenu insupportable", avait répondu Chantal "heureusement ça l'a rendu malade et il a fini par en mourir".

4 commentaires:

  1. Those doors are tres worthy of a colourful history Kwarkito .

    RépondreSupprimer
  2. Simplement magnifique, corme tu l'es. Ce gars-là veut faire la guerre, on se méfie tellement des gens gentils. kwark, déterre ta hache. Autant ne faut-il pas vouloir la guerre, autant faut-il la déclencher quand elle vient la pemière de partout. Nous, nous n'y serons jamais pour rien. Comme mon grand-père, homme bon, y a passé sa vie et sa mort. Apparemment ça veut recommencer. A nous de faire. Désolé si mon Blog lui-même est assez dur. Paix à toi et bienveillance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne comprends pas ce commentaire, Allen, ou alors tu t'es trompé de page. Je ne ne sais pas où tu veux en venir en écrivant ces lignes. Et je ne suis pas magnifique. Je suis juste un mec qui bricole dans son coin pour tenir ses démons à distance, sans toujours y arriver et souvent au risque de passer pour ce qu'il n'est pas.

      Supprimer
  3. I would guess that only in Paris could you have an experience like that. Very enjoyable post, Kwarkito.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir