vendredi 11 juillet 2014

Publicités peintes


Voilà,
ce matin je voudrais bien me dire que je pars comme tous ces journalistes si contents de leur bonheur vendredi dernier qui, depuis l'entre-soi de leur studio, annonçaient à l'antenne qu'ils y allaient enfin, eux, en vacances. De moins en moins de français ont les moyens d'en prendre, mais ils sont ravis de nous tenir au courant. Je crois que, tout comme les politiques, ils ne savent plus depuis bien longtemps comment vivent vraiment ceux qui les écoutent. Il y a longtemps qu'ils ne vont plus sur le terrain. Ou bien pensent-ils que leurs auditeurs sont tous des bourgeois éclairés ? Enfin c'est une autre histoire. Quoiqu'il en soit, revenir dans cette ville, dans cette rue, passer devant cette façade, j'aimerais bien. Même si d'après ce qu'on m'en raconte l'ambiance y est ces jours-ci plutôt morose et parfois même délétère...

2 commentaires:

  1. La France du bas de l'échelle...

    RépondreSupprimer
  2. est-ce ainsi que les hommes normaux vivent devraient sse demander les journaleux

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir