lundi 28 juillet 2014

Ce Visage aperçu


Voilà,
je ne sais pas si j'ai volé ce portrait ou s'il m'a été offert. Il y avait tant de tristesse d'accablement et de dignité sur ce visage aperçu dans un train de banlieue. Cette femme me semblait si terriblement perdue ici. Je me suis demandé comment elle avait pu se retrouver là. Peut-être mariée jeune au bled et ramenée sans bien comprendre ce qui lui arrivait par un époux qui travaillait en France. Un destin vraisemblablement qu'elle n'avait pas choisi. Était-elle parvenue à bien élever ses enfants dans ce pays où toujours elle et les siens seraient quoiqu'il arrive, irrémédiablement étrangers ? Peut-être avait elle un garçon en prison auquel elle avait du rendre visite dans la journée, peut-être une fille menant une vie inquiétante pour elle. L'homme à ses côtés ne lui adressait pas la parole et semblait tout autant harassé par l'existence. Je pensais à tout ce qu'elle avait pu subir d'opprobre, de mépris, d'humiliations dans la rue, les administrations, les magasins, chez elle aussi peut-être, à la peur qui devait l'accompagner trop souvent, aux fins de mois difficiles, à la résignation tenant dans une expression "Inch'Allah, c'est comme ça Dieu l'a voulu". Y avait-il eu un peu de place pour le bonheur dans sa vie, et que pouvait elle bien encore espérer de son séjour ici ? 

1 commentaire:

  1. La photo, tes mots me font penser à ce poème de Juan Gelman.

    Escribo en el olvido...

    Escribo en el olvido
    en cada fuego de la noche
    cada rostro de ti.
    Hay una piedra entonces
    donde te acuesto mía,
    ninguno la conoce,
    he fundado pueblos en tu dulzura,
    he sufrido esas cosas,
    eres fuera de mí,
    me perteneces extranjera.

    RépondreSupprimer