samedi 31 août 2013

Tables

 

Voilà,
sur une table, il y avait ses découpages, 
sur l'autre dans une boîte, les reliques de son été, 
cailloux et coquillages.
Un rêve est passé infiniment doux
qui murmurait des histoires d'un autre âge

2 commentaires:

  1. Ne passe-t-on pas sa vie à essayer de retrouver des fragments d'enfance pour donner à l'existence l'impression d'une unité ?

    RépondreSupprimer
  2. Oh merci pour cette douceur là. Pour ces images là.
    Et pour les liens invisibles qui se tissent là et apparaissent dans un éclair soudain comme le fil d’argent d’une araignée dans un rayon de soleil.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir