mercredi 7 août 2013

En attendant

Skater sur l'esplanade du palais de Tokyo
Voilà,
selon St Augustin il n'y a pas trois temps qui seraient le passé, le présent et l'avenir. Il y a le présent du passé qui est la mémoire, le présent du présent qui est la perception, et le présent de l'avenir qui serait l'attente. Donc hier en début de soirée, il fallait, pour donner un sens au présent du présent occuper le présent de l'avenir parce que mon ami Pascal qui m'avait filé rendez-vous au pied du palais de Tokyo, (un des endroits les plus nazes de Paris ou les skaters viennent faire leurs gammes) était, comme souvent, en retard. Il fallait bien s'occuper, compenser la sensation de perte de temps. J'ai donc pris quelques photos (quelqu'un a dit qu'on photographie toujours plus ou moins au futur antérieur ou au passé antérieur je ne sais plus et puis d'ailleurs je m'en fous mon présent du passé est comme une vieille passoire et j'ai de la fuite dans les idées). Évidemment je regrette maintenant de ne pas en avoir fait d'autres lors du très sympathique dîner avec nos filles respectives dans l'arrière cour du conservatoire Rachmaninoff où la cantine russe a disposé quelques tables pour l'été. 

1 commentaire:

  1. Donc, si j'ai bien compris, Pascal a bien fait d'arriver en retard ! Puisqu'en avril 2014, cette photo venue du présent du passé s'aime au présent du présent.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir