mardi 27 août 2013

Gravissant un chemin


Voilà,
en rêve cette nuit je suis revenu là dans la lumière d'un grand midi. J'étais comme dissocié de moi. À peine quelqu'un. Je me voyais marcher ou plutôt voyais mon corps marcher comme s'il était l'autre de moi-même - ce qu'il est d'ailleurs en réalité -. Je me demandais combien de temps encore il pourrait aller celui-là, seul par les chemins. Je n'éprouvais cependant aucune inquiétude, juste une petite gêne à cause de cette pente à gravir et d'un petit caillou dans ma chaussure. Mais au bout de la ruelle je trouverais mon "salut" de cela j'étais persuadé. Peut-être même supposé-je alors, ce petit désagrément en était il la nécessaire condition. Une phrase tournait en rond dans ma tête : "le bonheur en toi ainsi que le printemps dans l'éclat du bourgeon". L'avais-je autrefois apprise ou bien inventée ? Je ne voulais surtout pas l'oublier. Les grillons chantaient tout près. Au loin les clochettes essaimaient leurs tintements.

2 commentaires:

  1. Siempre resulta placentero visitar tu blog, leer tus textos
    Y disfrutar paseando por el.
    Un saludo, Ángel

    RépondreSupprimer
  2. J'aimerai bien rêver comme ça!!!
    Saluts du sud.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir