lundi 19 mars 2012

No more Pee-Wee



Voilà
depuis ce soir là, elle était alors âgée de dix ans, elle ne supportait vraiment plus de voir une image de Pee-Wee ni même d'entendre prononcer ce nom qui lui évoquait les circonstances de sa première nuit blanche. En l'imitant pour la distraire un soir dans la salle de bains à l'heure du brossage des dents, son père s'était soudainement écroulé, victime d'un AVC. Durant son transfert à l'hôpital la vie l'avait brusquement quitté. Bien des années après, elle n'arrivait toujours pas à admettre que cet homme qu'elle avait tant aimé et trop peu connu ait pu disparaître en d'aussi ridicules circonstances. Mais ce qui la faisait encore le plus souffrir, c'était cette honte secrète mêlée de reproche qui gâchait le doux souvenir qu'elle s'efforçait d'en garder. Voilà pourquoi dans ce métro, soudain prise de panique, Aurélie Gramon s'était précipitamment levée de son siège. Elle voulait s'extraire au plus vite du wagon, échapper à la conversation aux stupides grimaces et aux ricanements idiots de ces deux adolescents prépubères assis en face d'elle qui se remémoraient les scènes de ce film qu'il venaient tout juste de voir.



1 commentaire:

  1. pee wee est bien sympa mais en m^me temps le film de tim burton pee wee fait du vélo, il mes emble car ça date du milieu des années 80 est bien bien pourri!
    bidonesque!
    jorge

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir