mardi 30 décembre 2014

Tunnel volaille et fruits exotiques


Voilà,
je marche d'un pas plutôt allègre car le danger semble – du moins pour un moment – s'être éloigné. Et ça, c'est une sacrée bonne nouvelle. J'ai néanmoins l'esprit occupé par une lubie qui souvent me saisit à cette époque de l'année : je veux au plus vite trouver des fruits exotiques, en particulier des tamarillos qui sont à la couleur orange ce que les kiwis sont au vert, je parle de la pulpe bien sûr. En dépit de toutes ces choses à faire, laissées en plan et négligées depuis des mois, c'est ça l'objectif que je me suis imposé pour la journée. J'ai une adresse qui me semble fiable. En remontant le boulevard, j'aperçois une fille ordinaire ni belle ni moche, (vraiment le look de la girl-next-door) plutôt jeune d'apparence  - je lui donnerais à peine plus de 25 ans -  sortant d'un Love Store (enfin c'est ce qu'il y a marqué sur la devanture) avec deux gros sacs bien remplis. Apparemment elle a bien fait chauffer la carte bleue. Je me demande alors si elle a juste acheté de la lingerie sexy pour Noël ou bien aussi des sextoys ou que sais-je encore d'autres accessoires. Cela occupe mes pensées un bon moment parce que je suis comme ça moi, je me demande souvent comment font les autres, et aussi ce qu'ils sont vraiment, qu'est ce qui les travaille au fond et quelle peut bien être leur vie sexuelle.... Après m'être égaré – c'est normal, les questions parfois ça égare – je parviens enfin à trouver le magasin que je cherchais. Bien moins achalandé que je ne le supposais je n'en rapporte que des narangilles surgelées, une bouteille de nectar de baobab et un pack d'Inca-Cola, un soda sud-américain que j'ai acheté à cause de la couleur jaune de son emballage et qui risque bien de me durer quelques semaines, sinon plus, tant c'est dégueulasse (mais ça c'est une autre histoire). Sur le chemin du retour, il y a ce paysage qui se fige dans mon regard. L'inquiétante banalité du lieu, le ciel chargé de nuages et la volaille perchée sur le panneau exigent une trace. Je fais la photo pour répondre à cette muette et pressante injonction, sans doute aussi pour justifier l'incongruité, sinon l'absurdité de ma présence ici, à ce moment. J'ai comme l'impression d'avoir perdu mon temps. En tout cas je n'ai pas trouvé ce que je cherchais.

3 commentaires:



  1. Te deseo un Feliz y esplendido 2015,
    con la misma intensidad y creatividad
    que tus fotografías y estupendos textos.

    ¡Feliz 2015!

    Un abrazo, Ángel


    RépondreSupprimer
  2. i quite agree that one should always have exotic fruit to begin the year...thanks for all the good times in 2014... wishing you a happy 2015:))

    RépondreSupprimer
  3. on ne perds jamais son temps, on s'ennuie... mais même dans l'ennui on y trouble une sorte de plénitude, et elle est porteuse souvent de bonnes nouvelles suffit juste de savoir les trier
    bonne et heureuse année 2015 à vous kwarkito
    et en souhaitant vous voir ici sur ce photoblog littéraire même si la lassitude ou l'ennui s'installe on peut à loisir l'installer ailleurs ou autrement
    bon réveillon
    jorge r.r l'oei libre une certaine image du réel

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir