dimanche 28 décembre 2014

Tard dans la nuit


Voilà, 
tard dans la nuit rentrer quoiqu'il en coûte, même si l'on voudrait être ailleurs, terriblement, rentrer donc, tout en songeant à ce que Kafka écrivait à propos des lettres et qui peut-être aussi vaut aujourd'hui pour les posts et les réseaux sociaux en général : "La grande facilité d’écrire des lettres doit avoir introduit dans le monde - du point de vue purement théorique - une terrible dislocation des âmes : c’est un commerce avec des fantômes, non seulement avec celui du destinataire, mais encore avec le sien propre ; le fantôme grandit sous la main qui écrit, dans la lettre qu’elle rédige, à plus forte raison dans une suite de lettres, ou l’une corrobore l’autre et peut l’appeler à témoin. Comment a pu naître l’idée que des lettres donneraient aux hommes le moyen de communiquer ? On peut penser à un être lointain, on peut saisir un être proche : le reste passe la force humaine. Ecrire des lettres, c’est se mettre nu devant les fantômes ; ils attendent ce moment avidement. Les baisers écrits ne parviennent pas à destination, les fantômes les boivent en route. C'est grâce à cette copieuse nourriture qu'ils se multiplient si fabuleusement ...". 

1 commentaire: