vendredi 14 décembre 2012

Le spot


Voilà,
ça entrait ça sortait il y avait du va et vient dans ce pub assez rupin, ils étaient tous beaux plutôt bien habillés, entre gens de bonne compagnie, blancs quoi, ravis de chanter ensemble en se dandinant épaule contre épaule, en faisant tou tou tou - tou - tou tou, des filles splendides embrassaient des garçons mignons qui avaient l'air de bons copains qui peut-être se suçaient à l'occasion, chacun semblait heureux épanoui, on se balançait des œillades en veux tu en voilà quelques gusses avaient une vague altercation mais tout rentrait dans l'ordre très vite et finissait en sourires et en accolades parce que, n'est ce pas, c'était juste "un conflit de basse intensité", comme disaient les stratèges de l'époque ; un mec à pilosité subnasale était content de faire, en buvant, de l'œil à une jolie femme accompagnée, qui néanmoins trinquait à sa santé et cette petite tâche de mousse déposée sur sa moustache après une bonne rasade, laissait supposer qu'ils n'en resteraient pas là puisqu'elle semblait trouver ça drôle, et qu'ils le tireraient peut-être aussi leur coup et pourquoi pas à trois... Un rêveur solitaire, adossé à un mur de bois ambré contemplait les seins d'une jolie serveuse rousse fermement bustée qui ne trouvait rien à y redire, bref il y avait de la libido dans l'air. Les années quatre-vingts allaient commencer ça serait nouveau et intéressant on deviendrait postmoderne on pourrait à l'envi disserter sur l'ère du vide en buvant de la bière comme le feraient quelques penseurs à la mode, et à la télévision un vieil artiste populaire se découvrant soudain une vocation politique et visionnaire proclamerait "vive la crise" et proposerait des solutions à la con pour un futur qui ne ressemblerait en rien à ce qu'il est devenu. Relire ce numéro spécial de Libération paru à l'occasion de cette émission de télévision donne idée de la fatuité des journalistes et des penseurs en vogue de l'Epoque ... Ce spot pour la bière qui fait aimer la bière, repassait en boucle dans toutes les salles de cinéma  et l'on se disait que pourquoi pas ça serait pas mal si la réalité pouvait ressembler à cela mais on ne voyait pas grandir les minots de banlieue, on ne connaissait pas encore le virus aux quatre lettres flippantes (je me souviens d'un article avant que l'épidémie ne se propage qui dans le journal "nouveau et intéressant" titrait "le virus c'est dieu) dieu donc demeurait pour un temps encore tapi dans le corps du singe, Kaboul n'était pas encore un champ de ruines, L'URSS faisait toujours peur, Mitterrand serait bientôt élu en promettant la rupture avec le capitalisme, avant de se résoudre au tournant de la Rigueur et quelqu'un qui m'emporterait plus tard vers d'autres mondes venait à peine d'entrer dans celui-ci.... On se tirait des lignes dans les chiottes du Palace où des filles défoncées baisaient aux yeux de tous, où tu pouvais danser toute la nuit sur de la disco à côté de Béjart sans trop penser à la folie meurtrière qui déchirait Beyrouth, c'était le temps de l'inconscience et de mes premiers collages ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir