jeudi 13 décembre 2012

Accoudés au parapet


"Voilà
comme il m'arrive de plus en plus souvent de voir les choses à présent" dit-il "Ce qu'on appelle communément "Je" n'est, dans le bruit du monde, qu'une fréquence brouillée parmi des milliards d'autres... Que sommes nous dans l'univers ? Rien (il fait les questions et les réponses), juste des impuretés des composés tout à fait mineurs. L'essentiel est une chose que nous pouvons à peine voir et que nous sommes en dépit de nos calculs et de nos spéculations tout à fait incapable d'identifier."
Il s'accouda sur le parapet du pont. Je l'imitai.
- Tu sais pourquoi je m'arrête là ?
- Parce que tu viens de sortir une clope de ton paquet et que ça tu peux le faire en marchant, alors qu'il faut que tu t'arrêtes pour trouver du feu dans une autre de tes poches...
- Exact, tu commences à me connaître, t'en veux une ?
- Non ça va
- Tu vois le mec en bas accroupi dans l'escalier, on était en khâgne ensemble
- Tu es sûr ?
- Oui
- Comment tu le sais ?
- En fait depuis que je l'ai vu je viens assez régulièrement ici
- Tu lui as parlé ?
- Non. Pour quoi faire. Non je viens juste le regarder de temps en temps. Moi ici lui là-bas. Quelques mètres et quelques années nous séparent. Je me souviens que nous avons eue dans un café une conversation à propos de Spinoza. C'était un mec assez brillant. Eh oui moi ici lui là-bas. C'est dingue non ? Spinoza il n'en reste pas grand chose... C'est pas là joie quoi... Allez on se casse... juste des impuretés je te dis je connais un chinois dans le coin avec une serveuse tout à fait craquante ça te branche je t'invite
- Ah ben si tu m'invites j'ai dit, je vieux bien craquer avec toi
On a mangé oui, parlé de choses et d'autres. Enfin je l'ai surtout écouté me raconter ses histoires de cul. C'est vrai qu'elle était mignonne la serveuse. C'est dingue quand même ces mecs qui ne peuvent pas s'empêcher de parler. Après tout il m'invitait. C'était peut-être juste pour ça, pour que je l'écoute qu'il me payait un repas. Mais quand même, en mangeant ma soupe phô, je ne pouvais m'empêcher de penser à ce type, à cette silhouette recroquevillée dans le froid et à cette phrase aussi d'Oscar Niemeyer l'immense souffrance des plus pauvres face au sourire indifférents des hommes ....


1 commentaire:

  1. L'essentiel se trouverait ailleurs donc: dans le joli cul de la serveuse plutôt que dans celui pétrifié de son brillant ami peut-être? Cynisme. Pleurer.
    Terrible et belle ton illustration.
    Belle soirée à toi.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir