dimanche 19 juin 2011

Comme une impasse


Voilà
comme pétrifié soudain. En même temps ne peut dissimuler son étonnement. Absurde ce qui lui arrive il le dit c'est absurde je ne me souviens plus du nom de la personne à qui je viens rendre visite. Ah c'est embêtant dit la réceptionniste derrière le comptoir.
- C'est un cancer je crois.
- Vous croyez ou vous êtes sûr.
- Je crois.
- De toute façon c'est pas ça qui va nous aider, ici des cancers il y en a beaucoup et son prénom vous vous en souvenez son prénom hein ?
- Non (pourquoi elle parle si fort, je ne suis pas sourd j'ai juste un problème de... ).
- Même pas ?
- Non ça va me revenir son nom son prénom tout ça je l'ai sur le bout de la langue.
- Oui, d'accord mais bon en attendant je vais faire passer les personnes après vous.
- Bien sûr excusez moi.
- Pas de souci
Comment ça, pas de souci, la conne. La conne derrière son comptoir, la conne avec sa coiffure et sa voix de conne et qui a l'air si sûre d'elle et le regarde l'œil narquois, c'est ça qu'il pense, la conne, putain comment ça pas de souci je ne me souviens plus du nom de mon copain qui crève, j'ai tous les détails sa mère est comédienne, sa sœur est comédienne je peux dessiner son visage dans ma mémoire je le rencontrerais dans la rue pas de problème je le reconnaîtrais et là ça ne vient pas elle me dit pas de soucis cette piche mais ici il n'y a que des gens avec des soucis qui viennent voir des amis des parents malades des gens qui eux-mêmes peut-être ne se sentent pas très bien c'est un hôpital merde pas de soucis....
- Alors vous avez trouvé non toujours pas.
Si elle croit qu'elle va l'aider avec ses questions qui contiennent leur réponse. Et le temps se dilate, la panique grandit, il voudrait pleurer, sensation d'être égaré dans une impasse, ça arrive de plus en plus souvent, il sort de chez lui et à peine les étages descendus remonte pour vérifier que tout est bien éteint, ou bien commence une action et passe à autre chose, ne finit jamais rien, remet toujours tout au lendemain, se fatigue trop vite, oublie où il vient de poser les objets, les clés les lunettes, c'est quoi déjà le nom ah oui ça y est c'est bon c'est bon jusqu'à la prochaine fois mais pourquoi je suis venu là au fait ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir