jeudi 21 avril 2011

L'esprit du lieu

Meschers

Voilà
les rivages sont propices à la rêverie et à la méditation. Je me souviens de la lumière de ce petit matin, après une nuit inconfortable. Faute d'avoir pu, la veille trouver un hôtel, nous avions du nous résoudre à dormir dans la voiture garée au bord de l'eau. Le soleil nous avait réveillés. J'étais allé faire quelques pas, pour me dégourdir les jambes. Le regard tourné vers l'ouest ("the west is the best / get here and we'll do the rest"), j'avais alors longuement contemplé le paysage qui se déployait là devant moi, dans cette clarté particulière. Il paraissait immuable inspirant une joie calme et sereine ainsi qu'un sentiment étrange de plénitude de douceur et de légèreté, comme si le temps s'était aboli dans le doux clapotis des vaguelettes s'échouant à proximité. Là aux confins de l'Estuaire où se dressent les carrelets si caractéristiques de la région, je m'étais alors senti vraiment au monde, soudain sans tension, sans appréhension, présent en toute chose, intensément présent, offert au vent à la splendeur de la lumière, au parfum de la brise marine et des algues et plus rien n'avait eu d'importance que ce désir infini d'éparpillement et d'abandon, là où les eaux se mêlent....

2 commentaires:

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir