lundi 18 avril 2011

Insomnie

Insomnie

Voilà
les questions les doutes les remords les secrets repentirs, réclamant leur heure, l'arrachaient du sommeil au cœur de la nuit. Guy-Pierre Mauziac était comme pétrifié devant ce qui demeurait -à jamais sans doute- irrésolu, effrayé aussi par l'ampleur de ce qu'il projetait d'accomplir au regard du peu de temps et des maigres forces dont il disposait. Il ne pouvait cependant se résoudre à s'avouer vaincu, comme ces vieux dictateurs déclinants, cramponnés à l'idée qu'ils se font de leur propre puissance qui, tout au refus d'admettre que leur temps est passé, s'obstinent à croire que la chance est encore avec eux. Pourtant l'affaire se précisait et les dénégations n'y pourraient rien changer.  Dans les exhalaisons fétides d'un corps que ses abandons assimilaient déjà au cadavre, il s'inquiétait de ne pas être capable d'une sortie  honnête et digne. La mort ne l'effrayait pas mais il craignait de mal mourir. Il lui était si souvent arrivé de manquer d'élégance en certaines circonstances de sa vie qu'il redoutait de ne pas être à la hauteur de l'événement...

1 commentaire:

  1. "La mort ne l'effrayait mais il craignait de mal mourir. Il lui était trop souvent arrivé de manquer d'élégance en certaines circonstances de sa vie qu'il redoutait de ne pas être à la hauteur de l'événement" J'ADORE!!!!

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir