samedi 16 avril 2011

Cornue et cornuelle



Dans le Limousin et dans le Périgord, la cornue est un pain au lait brioché sucré, dont la taille peut aller de 15 à 80cm. Un côté du pain porte des cornes. La symbolique païenne rattachée aux fêtes priapiques célébrant le début du printemps est celle du sexe masculin, la symbolique chrétienne celle de la Sainte Trinité. La tradition de la cornue se perpétue depuis plus de huit siècles. En effet, une chronique datant de 1175 rapporte que l’abbé Hysembert fit distribuer, le second dimanche de Pâques, de ces gâteaux cornus à tous les frères de l’abbaye de Saint-Martial, à Limoges…
Traditionnellement préparée pour les Rameaux, le dimanche précédant Pâques, il était d’usage que le parrain l’offre à son filleul, pour favoriser sa virilité !  D'ailleurs on l'appelle aussi "Pine des rameaux". En 1750, l’évêque de Limoges, Monseigneur Jean-Gilles de Coëtlosquet, aurait demandé aux pâtissiers d’en « moraliser » l’aspect! La coutume limousine de la cornue est à rapprocher de celle de la cornuelle (cornue « femelle » de forme triangulaire percée d’un trou central, en pâte sablée et décorée de grains d’anis enrobés) dans le département de la Charente voisin. (In Wikipedia)
 C'est donc à la boulangerie de Mussidan, la découverte du jour. Quant au bonheur du jour c'est ma fille qui me dit au petit déjeuner "merci de m'avoir donné la vie". J'espère qu'elle ne me le reprochera pas un jour, quand elle comprendra mieux le monde dans lequel il lui est donné de vivre. Les derniers communiqués du CRIIRAD n'incitent guère à l'optimisme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir