vendredi 2 août 2019

Dans l'indifférence générale

 

Voilà,
la France est en vacances. Le peuple, les citoyens, les gens. Je ne sais pas où ils sont d'ailleurs, il paraît que le niveau de vie baisse. Séjours pas chers en clubs à l'étranger. Plus vraisemblablement en famille en province, chez les cousins les cousines. Au camping peur-être. Il y en avait plein, du "français moyens" sur les routes du Tour de France. En tout cas, en ce moment à Paris, il n'y a plus grand monde. Les émeutes en Juillet, la nuit du 4 Août c'est dans la mythologie révolutionnaire. Le populo maintenant il a ses congés payés. Il en profite. Toute l'année il se fait chier, au bord du burn out, là il en profite. Il glande, il se la coule douce. Il pastisse, il pétanque, il touriste. il fait l'Espagne, l'Italie, le Maroc ou la Grèce, que sais-je il vaque. il se dit qu'il l'a bien mérité. Le pouvoir lui n'est pas vacant. Il continue ses entourloupes de plus belle pendant l'été. Scandaleuse réforme des retraites. Nouvelles réglementation du chômage qui mettra plus encore de gens à la rue. Ratification du CETA, qui est un traité pourri et climaticide. Bon là, ça rechigne du côté des agriculteurs. Ça s'insurge même. Quelques permanences de députés sont murées, ou taguées. Parfois du fumier est déposé devant leur maison. Les médias s'insurgent. "Ah c'est mal ! On insulte la démocratie !". Ce n'est pas bien méchant pourtant. Ces députés ne défendent pas l'intérêt national. Ils sont traîtres à la nation. Ils trahissent leurs concitoyens au profits des lobbies divers. Ils ne prennent pas en compte les nécessités écologiques que notre temps exige. Ils s'en sortent plutôt bien, je trouve.
Sinon le pouvoir se fout ouvertement de notre gueule. Un mois après sa disparition, on repêche dans l'estuaire de la Loire à Nantes, le corps découvert par hasard et qu'on ne s'est pas empressé de chercher, de Steve Caniço, noyé à la suite d'une charge de police nocturne lors de la fête de la musique. Des vidéos témoignant de la brutalité de cette intervention tout à fait disproportionnée, avec jet de grenades LBD. Malgré ça le premier ministre et le ministre de l'intérieur citent un rapport de l'inspection générale de la police selon lequel il n'y a aucun relation avec la charge des flics. Bientôt on nous dira que ce mec qui ne savait pas nager s'est jeté dans le fleuve parce qu'il était en état d'ébriété. Quelques jeunes dans les villes ont manifesté pour cela. Sinon, les médecins urgentistes et les personnels hospitaliers continuent leur lutte, mais semble-t-il dans l'indifférence générale.
On vit dans un état policier ultralibéral au service de l'oligarchie des banques, des multinationales de l'agroalimentaire, de l'industrie pétrolière, des fabricants et des marchands d'armes. Putain c'est dingue, j'ai l'impression de parler comme un gauchiste des années 70. Jamais je n'aurais imaginé que la réalité m'emmènerait à cet endroit du discours. Je repense à cette réflexion de Bernie Sanders, je crois : "While you were so worried Socialism would take your freedom, capitalism stole your pensions, took your savings send your jobs overseas, robbed you of health care, dismantled the educational system, and put you in debt, leaving you only your racism, xenophobia, hate and guns"
Aujourd'hui la casse progressive du service public entraîne la dégradation des conditions de vie. La destruction progressive du code du travail crée plus de chômage. La réduction des retraites entraîne la misère des seniors. La répression policière arrache les mains, crève les yeux. L'usage systématique de la violence par le pouvoir tue des innocents. Mais peut-être sommes nous en train de nous habituer à l'intolérable. Oui peut-être choisissons nous la résignation par lâcheté, préférant nous accommoder du mal tétanisés que nous sommes par la crainte que cela puisse être pire. Après tout, il y a encore des restaurants bondés, des rooftops onéreux fréquentés, des expositions et des cinémas, la possibilité de weekends à la campagne, des opportunités d'escape games entre amis, des spectacles et des concerts, des espaces nudistes dans les villes, des bordels masculins, des salons de massage chinois, des clubs de jazz, des magasins pleins, des scooters électriques faciles à louer depuis son smartphone, des salons de beautés où l'on peut tremper ses pieds dans des aquariums et se faire brouter les peaux mortes par des poissons chatouilleurs, des cinémas en plein air, des jardins sauvages des friches industrielles, des festivals de théâtre, de poésie, de musique baroque, d'art modeste, brut, ou contemporain, de nostalgiques de l'Apple II,  etc etc j'arrête là cette énumération mais vous pouvez toujours la continuer si le cœur vous en dit

Linked with the weekend in black and white

11 commentaires:

  1. Il y a un peu beaucoup de tout ça. J'ajouterai qu'outre le "burn out" il y a aussi le "bore out". A travers le monde, des millions de gens sont payés à ne rien faire et s'ennuient au bureau. J'en ai connu quelques uns lorsque je travaillais à Paris. Quelles conclusions en tirer ? Je suis incompétent pour répondre à cette question. Une bien curieuse question.

    RépondreSupprimer
  2. I love the image... Perhaps we could convince certain politicians that a vat of hungry piranhas is a great way to refresh some skin...

    RépondreSupprimer
  3. Chacun de son côté fait constat de dégradation au boulot, dans le milieu où il vit, dans ses relations aux autres et au monde.
    Chacun de son côté tente de profiter au maximum de toutes les opportunités qu'il peut saisir en lorgnant du coin de l’œil les infos.
    Certains partagent une image sur les réseaux sociaux pour être solidaire et dans sa bonne conscience retrouvée sirote une bière .

    RépondreSupprimer
  4. ...an entire country being on vacation seems to be a strange thing. Enjoy!

    RépondreSupprimer
  5. Réflexions d'ailleurs....
    https://www.instagram.com/p/B0qfH8go2l9/
    http://jsene.net/spip.php?article1095
    Pour ma part, je suis sensible à la mutation profonde en cours à laquelle personne n'échappe
    et je m'appuie sur ce qui émerge de nouveau, d'inédit et de bienveillant,
    je creuse le "deviens ce que tu veux voir changer dans la monde"
    à suivre !

    RépondreSupprimer
  6. Life goes on they always say, better for some than others. Your image mirrors well your concerns Kwarkito ✨

    RépondreSupprimer
  7. Same here, only moreso. What would American workers think if they had such a vacation!

    Awesome set of observations... mae at maefood.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  8. Such a moody and evocative image, full of sadness.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...