jeudi 8 novembre 2018

Refuge


Voilà,
j'ai commencé ce blog il y a neuf ans par un reflet déformé saisi dans un musée. Aujourd'hui c'est un autoportrait de dos dans un semblable lieu. C'est là que je m'abrite souvent. Si je reste à Paris, je crois que c'est en partie pour cela. Dès que j'y suis arrivé, enfant, ces endroits protégeant ce que le genre humain a produit de mieux ont constitué une sorte de refuge. En cette époque où notre espèce semble de plus en plus s'enténébrer et dans ce pays où les conneries que j'entendais chez moi sont à présent largement répandues dans l'espace public et au sommet de l'Etat, ils me sont plus que jamais nécessaires en ce qu'ils atténuent, pour un temps du moins, la médiocrité ambiante dont il est toujours à redouter qu'elle nous contamine peu à peu sans même que nous puissions nous en apercevoir. (Linked with the weekend in black and white)

13 commentaires:

  1. A fine post--- I love the image. Remember when we thought things when always get better?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I never really thought things would always get better, but I didn't think they could get any worse that fast.

      Supprimer
  2. Comme un anniversaire à l'abri des conneries; précieux refuges les musées, tu as raison.

    RépondreSupprimer
  3. L'autoportrait est réussi ! Très belle photo, en effet.

    La médiocrité ambiante... Oui, elle contamine mais il est étrange d'observer que dans cette médiocrité ambiante (que je côtoie chaque jour), on peut parfois y déceler quelque beauté. Peut-être à ne pas dédaigner complètement, en tentant de conserver un regard humaniste ?

    RépondreSupprimer
  4. Fine composition. It looks almost surreal with the shapes. Well done!

    RépondreSupprimer
  5. précieux d'avoir trouvé un refuge spirituel.

    RépondreSupprimer
  6. an interesting image with a lot of feel to it. :)

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir