mardi 3 janvier 2017

Nombreux sont ceux qui vivent en nous


Voilà,
Nombreux sont ceux qui vivent en nous ; 
Si je pense, si je ressens, j’ignore 
Qui est celui qui pense, qui ressent. 
Je suis seulement le lieu 
Où l’on pense, où l’on ressent. 
Il est plus de moi que moi-même. J’existe cependant 
À tous indifférent. Je les fais taire : Je parle. 
Les influx entrecroisés 
De ce que je ressens ou ne ressens pas 
Polémiquent en celui que je suis.  
Je les ignore. Ils ne dictent rien 
À celui que je me connais : j’écris. 

 Fernando Pessoa 
Les joueurs d'échecs - Odes de Ricardo Reis ( hétéronyme ) - 1935

2 commentaires:

  1. There is a marvelous poignancy to Mr. Bag's face...

    RépondreSupprimer
  2. Beau. Le nombre en moi, le Je, la polémique : "christique." Je viens de m'offrir Pessoa, le nombreux unique (dans la Pléiade mon cher). Plus personne ne vient sur mon blog, soit il est nul soit il l'a toujours été, tel ou tel référencement fait le reste. Tu es là, merci. Excellent 2017 à toi, plein de bonnes surprises !

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir