lundi 7 novembre 2016

Un petit matin


Voilà 
Il y aura eu ce paysage comme imprimé sur la vitre d'un petit matin humide sur lequel s'achevait un doux séjour ensoleillé. Et dans l'imminence du départ tout se parait des couleurs de l'automne. La nuit pourtant avait fécondé de troublants panoramas. J'avais voyagé en compagnie de Pascal dans des trains improbables, des agglomérations incertaines. Je me souviens d'une ville hypothétique dans une Corse qui ne l'était pas moins. Au pied d'un lac la cité descendait en pente douce vers la mer. Des décorations de Noël ornaient les rues. Non pas des guirlandes électriques mais des fleurs de papiers et des anges en bois sculpté, qui évoquaient à la fois une atmosphère de sud italien et d'Andes péruviennes. Me revient aussi le souvenir de bars bondés alors que les rues semblaient désertes. Le lac tout en haut, son eau était orange. Cela me paraissait curieux qu'on eût construit la ville en dessous plus tôt qu'au dessus-de-lit celui-ci (je voulais juste écrire au dessus de celui-ci, mais mon ordinateur a fait ce facétieux lapsus que je garde). Le plus étrange tout de même s'avérait cette gare avec des trains ultramodernes peints en rouge comme autrefois les wagons du Capitole et qui étaient supposés nous mener jusqu'en Inde. Malgré ces incohérences le rêve s'est prolongé longtemps, avec la sensation résiduelle que jamais nous n'arrivions au bon moment, que les horaires ne correspondaient en aucune façon à ce qui était prévu. Ce qui est remarquable est que dans la réalité, une semaine plus tard, alors que j'avais rendez-vous chez Pascal, celui-ci, bien que présent chez lui, ne m'a pas répondu. Il m'a expliqué par la suite qu'il dormait et qu'il n'avait rien entendu. Peut-être cheminait-il dans les mêmes envers. Peu après le réveil, je me suis souvenu d'un autre paysage plus exactement d'un itinéraire idéal dans une île peut-être, permettant d'accéder à sa côte sud. Pendant plusieurs jours la vision de ces étapes m'a hanté. Avais-je rêvé cela voilà plusieurs mois plusieurs semaines ou était-ce quelque chose que j'avais visualisé parce que ce souvenir était évoqué par quelqu'un dans mon rêve ? Était-ce le souvenir d'un vieux songe enfoui que je me m'étais remémoré en rêvant ? C'est étrange cette sensation, comme s'il y avait plusieurs strates de mémoire à l'intérieur du rêve, comme si, même oubliés, ceux-ci se renvoyaient les uns aux autres.

1 commentaire:

  1. A very intriguing picture. The moisture is so clear, and the world is foggy.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir