mercredi 16 novembre 2016

Servitude volontaire



Voilà, 
quand un peuple choisit de confier son destin à un leader brutal, cynique, violent, sexiste, arrogant et sans scrupule, il est probable que le leader considère que c'est c'est après tout ce que le peuple désire et attend de lui. Je ne peux m'empêcher de repenser ces derniers jours à ces lignes introduisant le "Discours de la servitude volontaire" écrit en 1549 par Etienne de la Boétie, "Pour le moment, je voudrais seulement comprendre comment il se peut que tant d'hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois un tyran seul qui n'a de puissance que celle qu'ils lui donnent, qui n'a pouvoir de leur nuire qu'autant qu'ils veulent bien l'endurer, et qui ne pourrait leur faire aucun mal s'ils n'aimaient mieux tout souffrir de lui que de le contredire. Chose vraiment étonnante - et pourtant si commune qu'il faut plutôt en gémir que s'en ébahir-, de voir un million d'hommes misérablement asservis, la tête sous le joug, non qu'ils y soient contraints par une force majeure, mais parce qu'ils sont fascinés et pour ainsi dire ensorcelés par le seul nom d'un, qu'ils ne devraient pas redouter - puisqu'il est seul - ni aimer - puisqu'il est envers eux tous inhumain et cruel". Que ce qui se passe aujourd'hui dans la plus grande nation occidentale, ressemble à ce point à ce qu'évoque La Boétie a quelque chose de sidérant. Ainsi, l'histoire, les leçons du passé ne tiennent pour rien. La Boétie considérait que "Les théâtres, les jeux, les farces, les spectacles, les gladiateurs, les bêtes curieuses, les médailles, les tableaux et autres drogues de cette espèce étaient pour les peuples anciens les appâts de la servitude, la compensation de leur liberté ravie, les instruments de la tyrannie". Que quelqu'un qui fut aussi animateur d'émissions de télé-réalité accède à la magistrature suprême d'un si grand pays est assez révélateur de l'état de délabrement de la pensée dans ce pays. Le tyran séduit ses esclaves pour réduire les sujets dans la servitude. Il accorde des faveurs à son peuple incapable de se rendre compte que c’est avec l’argent même soutiré à ses sujets que ces divertissements sont financés. Ils font parfois, avant de commettre leurs crimes, de beaux discours sur le bien général et la nécessité de l’ordre public. D’autres utilisent la religion pour susciter la crainte du sacrilège, utilisant la tendance de l’ignorant à la superstition. L'ère nouvelle qui s'ouvre, est à n'en point douter non seulement pleine d'incertitude, mais chargée de lourdes menaces. Et je trouve magnifique ce projet de couverture de "Der Spiegel".

4 commentaires:

  1. Écrire à propos des USA qu'elle serait "la plus grande nation occidentale" ne relève-t-il pas de cette servitude volontaire que dénonçait La Boétie ? Pourquoi en effet aurait-on besoin d'un concept de plus grande nation occidentale ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. quand j'écris "la plus grande nation occidentale", je ne pense pas que cela soit un concept. Cela décrit une réalité objective et historique. En terme de puissance économique, militaire, de pouvoir d'influence, c'est depuis 1945 la plus grande puissance occidentale. On peut le déplorer, ne pas s'en accommoder, trouver cette tutelle pesante. Le constater ne me semble en tout cas pas être un signe de servitude. J'ai même cru et espéré une Europe qui serait autre chose qu'un marché commu, mais un contrepouvoir à cette puissance. Et là peut-être peut on parler d'idée ou de concept puisque cette Europe n'existe pas.

      Supprimer
    2. Ta réponse porte en elle une contradiction, me semble-t-il, en évoquant une Europe qui aurait pu être un contre-pouvoir aux USA. Pour ma part je n'ai jamais ressenti le besoin de me positionner par rapport à ce qui seraient des puissances. Nous autres, pauvres humains, avons déjà suffisamment à faire avec nos propres plaisirs et douleurs.

      Supprimer
  2. Wake me, PLEASE! It's a bad dream.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir