jeudi 3 novembre 2016

Avec la douleur


Voilà,
il y a une question en Afrique que les gens se posent quand ils se saluent : "Comment ça va avec la douleur ?" Je crois d'ailleurs que c'est aussi le titre d'un film de Raymond Depardon. Pour ma part j'apprends à m'en accommoder. J'entends la douleur physique. Je peux la nommer, la situer, considérer ses différents seuils d'intensité, la supporter plus ou moins. Elle est là, toujours présente comme un bruit de fond. Les médecins disent que c'est étrange car les examens ne relèvent rien de particulièrement alarmant. Parfois j'ai l'impression qu'ils ne me croient pas. Mais elle persiste cependant, accompagnée d'une grande fatigue. Je tangue au jour le jour, entre vergue et raban dans une sorte d´étourdissement qui rend la réalité extérieure incertaine, comme poreuse et friable. Je ne songe qu'à dormir pour me soustraire à cette sensation de délabrement progressif que j'éprouve de plus en plus souvent. Je pense parfois à Dominique, à cette fatigue qui avait été la sienne avant qu'elle ne tombe malade. Ce n'est peut-être que le changement de saison qui me fait ressembler à un terrain vague. Mais qui sait aussi l'effet de toutes les merdes ingérées respirées, tous les poisons que la pollution et les grands complexes agro-alimentaires et industriels ont mis dans mon corps. Alors je bois du jus de curcuma, je bouffe des pommes puisque paraît-il "an apple a day keeps the doctor away" et je fredonne  "Dans la vie faut pas s'en faire" de Maurice Chevalier en prenant l'accent de ménilmuche et en roulant les R.

1 commentaire:

  1. a few cures for pain: drink, pop pills, smoke weed, write, walk, sleep, make art, or have an apple...hope the pain goes away

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir