lundi 21 novembre 2016

Au réveil


Voilà
parfois l'inquiétude se résume à une image, absurde, incongrue, rêvée entre deux insomnies. La radio restée allumée durant la nuit suggère au cerveau de troublantes associations, qui laissent pantelant et déconcerté les yeux une fois ouverts. Et les nouvelles continuent de se mêler aux images alors que le corps s'éprouve comme une vieille machine rouillée. Une voix affirme "on nous a promis de la prospérité au motif que le secteur de la finance moderne possédait à la fois la partie à plus forte valeur ajouté du monde bancaire et du monde financier. Cette finance moderne a été présentée comme un moyen de mieux gérer les risques et de mener à davantage de prospérité et de croissance. Ainsi a-t-on a instauré des politiques de libéralisation des marchés de capitaux. Construites à partir de modèles sophistiqués et mathématisés ces politiques s'avèrent cependant une faillite intellectuelle totale et nous mènent au bord du précipice ." 
On se dit que oui c'est vrai, lorsqu'ons'intéresse à la théorie financière on ne peut que constater qu'elle est fragile et contestable et que sa représentation du fonctionnement des marché financiers est aussi trompeuse que dangereuse puisqu'elle minimise la notion de risque. 
Et cette voix, dont tu ne sais si elle est d'un homme ou d'une femme s'exalte "On nous fait croire que nous sommes actuellement dans une période de crise cyclique et que tout cela finira par se résorber. En fait si l'on réfléchit un peu, la crise est pour ainsi dire le moteur et le principe même du capitalisme moderne. Le capitalisme ne produit plus de richesses à partir du travail et de la transformation industrielle, mais par la spéculation sur des mouvements de capitaux pour la plupart fictifs dont est représentative la crise des subprimes de 2012 qui fut une crise de prêts hypothécaires à risques. Cette excroissance presque cancérigène de la finance devenue prédatrice s'est développée sous la conjonction de deux phénomènes : la libéralisation des marchés de capitaux qui ont permis aux banques de développer des produits financiers innovants présentés comme des outils de gestion de risque mais qui qui se sont en fait révélés comme des instruments de spéculation, et deuxièmement les politiques monétaires expansionnistes comme celle de la réserve fédérale des USA; depuis le krach de 87 ou il y a eu une chute très forte des valeurs. Cette politique engendre de la dette qui est le carburant de la spéculation, mais qui est aussi, comme le remarquait Michel Rocard, "une création artificielle créée par les banques avec le consentement des états afin de dépouiller les peuples et en faire des esclaves à leur solde". Une politique monétaire expansionniste implique une baisse des taux d'intérêt à des niveaux bas corrélée à l'injection de liquidités dans le système financier. La combinaison des produits innovants et des produits dérivés qui se financent par un endettement de plus en plus massif crée un cocktail détonnant. Toutes puissantes, les banques centrales encouragent les errements de la finance moderne et cette politique monétaire expansionniste. Lorsqu'une crise survient comme en 2000 avec l'éclatement de la bulle internet, ou en 2008 elles ne tolèrent ni une baisse du marché des actifs ni que les marchés financiers baissent sur une période trop longue. Alors pour remonter le niveau des valorisations boursières, elles injectent des liquidités dans le système et contribuent ainsi à préparer la crise suivante. Depuis 30 ans depuis le krach de 1987 ce n'est qu'une succession de crises : 1990 crise asiatique, 2000, éclatement de la bulle internet, 2008 crise des subprimes, et chaque fois chacune est un peu plus dévastatrice. Les politiques monétaires actuellement menées par la BCE et la réserve fédérale américaine, la banque du Royaume Uni et celle du Japon, nous amènent à une situation de bulle spéculative sur les marchés obligataires. Il est possible que le récent Brexit ou les dernières élections américaines, combinées aux tensions croissantes dans le moyen-orient, au bouleversement des équilibres géopolitiques avec le possible renversement d'alliance de la Turquie en direction de la Russie ajoutent au désordre économique une possibilité de chaos qui semble désormais irréversible..." Je saisis alors le réveil radio et l'expédie violemment contre le mur. Quelques cachets de mélatonine et hop ! je m'enfouis sous la couette.

2 commentaires:

  1. Kwarkito 1, radio 0. The alien creature is held off a bit longer. By the way, I enjoyed the latest batch of instagram pictures--especially the one with the reflections in the railcar windows. I see Zarky is OUT.

    RépondreSupprimer
  2. Kwarkito there are so many things that keep my mind from closing down in the night, sometimes it is tres exhausting! The world is struggling to cope with the insanity of man!

    RépondreSupprimer