mardi 8 décembre 2015

A distance


Voilà,
hier soir, en repassant près du restaurant "Casa Nostra" toujours fermé et devant lequel sont disposés des bouquets de fleurs ainsi que quelques bougies que des passants continuent d'allumer pour honorer la mémoire des victimes fauchées en terrasse, j'ai croisé le regard de cet enfant qui se tenait à distance du lieu du massacre. Je n'ai pas photographié son visage où semblaient se mêler peur tristesse et incompréhension, mais sa silhouette j'ai voulu la retenir. Oui la silhouette de l'enfant qui découvre à quel point il est effrayant le monde des adultes. C'est avec cela désormais qu'il lui faudra grandir.

3 commentaires:

  1. J'ai peur que son incompréhension ne fasse que commencer...

    RépondreSupprimer
  2. je me demande si les contes racontés aux enfants et qui sont si effrayants
    ont pour but de les préparer à ces événements terribles et leur permettent de les "digérer" !

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir