mercredi 13 mai 2015

Palais de Mari



Voilà
il y a peu, j'ai entendu "Palais de Mari" que je ne connaissais pas. il s'agit d'une pièce pour piano de Morton Feldman. Découvrir cette musique qui me semble pourtant si familière, si intime au point d'avoir l'impression de la retrouver m'a particulièrement ému. Ce mystère, cette naïveté, je les ai reconnus comme quelque chose de lointain qui m'avait appartenu. Qu'un compositeur confirmé ait pu, à la fin de sa vie, s'y abandonner me touche particulièrement et, d'une certaine façon me rassure.
Voilà les faits : entre 14 et 18 ans, j'ai habité à l'École Polytechnique, rue de la montagne Ste Geneviève. Mes parents y travaillaient et nous logions sous les toits du Bâtiment Boncourt devenu aujourd'hui le siège du Ministère de la Recherche. Le samedis après-midi il m'arrivait d''explorer les moindre recoins de cette vénérable institution. Il y avait un endroit que j'aimais particulièrement c'était l'amphithéâtre Poincaré. Un piano s'y trouvait, comme un animal étrange et énigmatique. Je n'avais alors aucune éducation musicale. La musique, le piano, c'était pour les riches. Approcher de cet instrument, oser en soulever le couvercle, poser mes doigts sur ces touches, c'était braver un interdit. Cependant, certains weekend, je venais m'asseoir derrière, égrenant des sons hasardeux, m'essayant à quelques accords dans le silence du grand amphi. Et c'était comme fabriquer un temps à part que la composition de Feldman fait aujourd'hui ressurgir quand tant d'années se sont écoulées.



2 commentaires:

  1. Living in the attic at Etoile, with a piano you are not to play.... there's a screenplay there.

    RépondreSupprimer
  2. An unusual and interesting picture with very special tones. I like it very much!

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir