jeudi 18 avril 2013

Embarcation


Voilà,
passant sur le boulevard pour se rendre au marché, il lui sembla avoir remarqué un détail, un léger changement, sans trop savoir exactement de quoi il retournait. Car quelque chose d'autre préoccupait Benoît Carricante.



Souvent il se rêvait ainsi : comme une destination que l'on atteint après avoir quitté les rivages d'une région hostile où il ne fait plus bon vivre, comme un hâvre, comme un lieu que l'on aborde pour y rester. Mais il craignait de n'être jamais que l'embarcation, le frêle esquif qui permet ce voyage où d'autres lumières donnent aux jours une couleur différente, où de nouveaux horizons se dessinent, transformant peu à peu le regard du voyageur et l'image qu'il se fait du monde. Cependant la brise était douce et porteuse, la houle légère et le ciel éclatant. Et c'était bon d'être un temps, tout à la fois la voile gonflée par le vent et l'étrave qui fend la mer, bon de s'imaginer ainsi filer vers les lointains, bon de croire quand même à d'autres possibles. A condition de ne pas céder à la distraction, de bien s'arrêter au bord du trottoir, et de traverser la rue quand c'est vert pour les piétons.

10 commentaires:

  1. Nul ne sait. Toute la vie est un voyage. Il ne faut pas être trop pressé d'accoster où que ce soit. Les doux rivages sont parfois décevants quand on les aborde. L'inquiétude est inhérente aux départs vers le grand large, l'émerveillement également. Faisons durer le voyage et visitons quelques îles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est juste une petite fiction.... mais si tu me le proposes je veux bien voyager d'île en île avec toi :-)

      Supprimer
    2. je veux bien. La suite de la fiction. Vers des îles oubliées.

      Supprimer
  2. Être le vent qui gonfle la voile puis tout à coup se calme, se tait, se distrait.

    RépondreSupprimer
  3. j'ai la plotte à terre hihihi (café pubis, quel bizarre de nom)

    RépondreSupprimer
  4. ou plutôt "quel nom bizarre". Nous les QuébécoisEs on est portés à en donner plus que le client en demande au chapitre de la grammaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il faut quand même que je te rassure le vrai nom du café est café rubis... Mais bon parfois on pense à autre chose et un mot vient plutôt qu'un autre...

      Supprimer
  5. ouais...j'aurais dû y penser ! Ça me rassure. Merci ! Longue vie au rubis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était Rainette en fait. Je viens de recharger Chrome et j'ai de petits problèmes.

      Supprimer
  6. c'est bien moi j'ai retrouvé mon avatar de Rainette

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir