vendredi 30 novembre 2012

S'affranchir


Voilà
au bord du sommeil une tiède et légère brise agite le changeant mirage des frondaisons. Autrefois, songe-t-il, encore incertain de son état, il écrivait des histoires si brèves qu'elles tenaient dans le creux d'une main. Depuis l'azur d'un lointain été un souvenir furtif le traverse. Mais sans même s'en apercevoir il se sent alors chavirer comme une barque trop lourde prise dans un grand remous. Ainsi, devenu dormeur, se revoit solitaire parmi d'autres plagistes, comme eux s'abandonnant avec délice à la brise marine et au simple bonheur d'être là dans une région préservée par la paix. Il mâchouille des aiguilles de pin. Leur goût acide lui convient plutôt bien. C'est là, dans le vent chargé d'iode et de résine qu'il voudrait se dissiper. Oui, dans ce simple moment de transport qui le dessaisit, se volatiliser, pollen, sable ou poussière, pas même ça, infime particule affranchie des lois trop pesantes qui régissent les. corps...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir