mercredi 22 février 2012

Clown


Voilà
enfant il se méfiait des clowns. Les clowns, pensait-il, étaient capables de tout. Il en avait une fois vu un botter le cul d'un nain et provoquer de tels éclats de rire dans un auditoire composé de gens si laids qu'il n'avait pu s'empêcher de vomir sur les bas et les escarpins de sa mère qui l'avait aussitôt giflé, et bien sûr il avait pleuré. Les gens alentour l'avaient regardé avec un mélange de moquerie et de dégoût, pendant que sa génitrice, pestant que ces chaussures lui avaient coûté les yeux de la tête essuyait avec son mouchoir à lui, la bile et le fiel qu'il avait rejetés. "Les yeux de la tête" songeait-il en sanglotant "était-il possible qu'il y en eût ailleurs, des yeux, et si oui où donc ?". La question l'avait occupé quelques semaines et puis d'autres complexités avaient accaparé son cogito : par exemple comment se fait-il que l'on souffle sur la soupe pour la refroidir et dans ses mains pour les réchauffer ? Bien des années plus tard, Robert Macabeu fut d’ailleurs rattrapé par la question du souffle puisqu’il mourut un soir de grand froid des suites d'un crise d'asthme près d'un réverbère.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir