vendredi 14 octobre 2011

Roxas Bd


Voilà
depuis notre hôtel, il fallait, pour rejoindre le centre culturel philippin où nous animions un stage avec des acteurs locaux, longer le front de mer. Beaucoup de pauvres gens vivaient là, dormaient là. Le premier jour, au pied d’un de ces arbres, j’ai vu une toute petite tombe d’enfant surmontée d’une croix. Nous sommes passés devant avec Didier, sans rien dire. Lorsque quelques minutes après je lui ai demandé s’il avait vu la même chose que moi, il m’a simplement répondu qu’il ne fallait pas croire tout ce qu’on voyait. J'ai repensé à cette histoire hier au café Marly, en discutant avec Marie que j'ai eu plaisir à voir avant qu'elle ne reparte au Québec.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir