lundi 22 juillet 2019

Au secours


Voilà,
ce collage réalisé comme celui-ci ou celui-là, ou encore cet autre, il y a quarante ans (je l'ai un peu corrigé depuis), un de mes premiers, j'y suis toujours autant attaché. Je m'y reconnais encore. C'est le commencement de quelque chose dont j'ignore alors que cela ne me quittera jamais : ce besoin de fabriquer des images avec les moyens du bord. On est fin Juillet début Août 79. Je suis terriblement malheureux. Je viens de finir une grande tournée en Europe, avec un beau spectacle, mais il me faut faire face à de nouveaux chagrins. J'écoute souvent le double live de Bowie "Stage", que j'ai acheté quelques semaines auparavant à Rome. La version de "wild is the wind" me file à chaque fois un bourdon terrible. Je bois du Cynar ramené de là-bas. Je feuillette l'almanach d'Actuel, et des livres d'art sur le constructivisme. Je fume de l'herbe que j'ai fait pousser dans mon appartement exposé plein sud au seizième étage sans vis-à-vis. Je me sens nul. J'ai honte d'être comme je suis. Je sens qu'il me faut devenir adulte et je ne sais pas comment m'y prendre. J'ai peur de n'être pas équipé pour le monde qui vient. Je rêve de m'acheter un appareil photo mais je n'ai pas l'argent. C'est à cette époque qu'apparaissent les premières photocopieuses couleur Rank-Xerox, et que je commence à réaliser ce qu'on appelait alors des Xérographies. J'écris mon désarroi en toutes petites lettres au Letraset
Une vie a passé depuis. J'ai, selon la formule de Cioran "bricolé dans l'incurable", m'employant à survivre, tant bien que mal, à ce sentiment d'abandon et d'incompréhension qui d'aussi loin que je me souvienne ne m'a jamais quitté.

6 commentaires:

  1. It has been my experience that I always regret changing something I did 40 (or 50, or 60) years ago. I love these old collages you made. They are incredible!

    RépondreSupprimer
  2. Un beau collage reflétant le contenu
    d'une époque, nous cherchions à "créer"
    c'était sans doute une autre époque.
    Comme toujours, c'est un plaisir de
    vous rendre visite.
    Des câlins.

    RépondreSupprimer
  3. Ne sommes-nous pas tous "condamnés" à bricoler dans l'incurable ? Y compris ceux qui prétendent construire leur destin de main de maître selon leur ambition ? L'évocation du letraset me touche particulièrement.

    RépondreSupprimer
  4. absolutely great, a fragment of life!!! ew

    RépondreSupprimer
  5. on ne sortira pas vivant de cette maladie incurable qu'est la vie, alors on bricole
    tous pour poursuivre au mieux notre chemin et récupérer ici et là un bout de
    lumière ! c'est la vie.... pas facile
    mais il y a du beau aussi il faut s'en asperger c'est vital !!!
    sur ton collage il y a un jaune soleil éblouissant

    RépondreSupprimer
  6. J'aime énormément tes collages d'hier et d'aujourd'hui, ils font entrer par petites touches dans une vision fort différente de la mienne. Merci

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir