samedi 9 décembre 2017

John Lennon


Voilà,
le 8 décembre 1980 John Lennon a été assassiné à New-York. C'était le 9 pour nous en Europe. C'était peu de temps après la parution de l'album "Double Fantasy", qui semblait être celui d'un homme enfin apaisé. A l'époque je répétais un spectacle qui s'appelait "Les fils meurent avant les pères" d'après un livre de Thomas Brasch. Un de mes partenaires était un de ces militants communistes qui s'employaient alors à saboter l'union de la gauche à six mois des élections. En plus c'était un gros connard dénué de talent. Le jour où la mort de Lennon a été annoncée, il est venu me faire chier avec un article du journal "L'Humanité" où il était question d'un truc que Mitterrand aurait dit ou fait. J'avais juste envie de lui coller un grand coup de boule et lui latter les couilles, mais bon la production était fragile et les metteurs en scène un couple d'amis. Même par la suite ils n'ont d'ailleurs jamais vraiment été foutus de m'expliquer clairement pourquoi ils avaient engagé une telle buse, qui jouait tout de même le rôle d'un allemand de l'est qui veut passer à l'Ouest. Enfin bref, c'est une autre histoire. La mort tellement absurde et si injuste de Lennon m'avait alors terriblement attristé, parce qu'il me semblait qu'il avait encore beaucoup à inventer et que sa sensibilité manquerait désormais terriblement au monde. Cet homme à l'humour si subtil était aussi un écorché vif. Je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de chanteurs qui se soient aussi exposés et livrés de manière aussi déchirante que lui dans cette interprétation de "Cold Turkey". Il ne triche pas quand il exprime la douleur du sevrage. Le timbre si particulier de sa voix me bouleverse toujours autant.


6 commentaires:

  1. yes it was a sad day that day in 1980 ...and it's still sad and senseless to this day

    RépondreSupprimer
  2. Il fait du bien cet hommage au milieu du déluge médiatique autour de....
    Que d'excès ! Quelle folie !
    (j'adore le portrait tout en nuances du partenaire de planche, on sent bien que même le temps n'a su adoucir l'exaspération (euphémisme ?) ressentie)

    RépondreSupprimer
  3. I was devastated when John Lennon was shot, as you say Kwarkito he had so much more to say, to offer the world. A tragedy indeed!

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir