mardi 5 décembre 2017

Between the moonlight and the lane


Voilà,
l'hiver t'angoisse. Tu te sens plus fragile que jamais, périssable. Est ce à cause de tous ces arbres nus, des jonchées de feuilles mortes, de ce gris uniforme où le jour se noie ? La pâle clarté de la lune émergeant des nuages derrière un lacis de branches te semble un cadeau. Cette maison te fascine. Tu t'es toujours demandé à quoi pouvait ressembler son intérieur. Tu voudrais refaire le chemin inverse. Retrouver ce temps où tu n'étais pas encombré de ce que tu es devenu. Où tu avais encore quelques croyances et de naïves certitudes. Où tu étais encore au printemps de ta vie. Le soir tu écoutais "Songs of love and hate". A présent tu te sens "between the hour and the age". And "the street is the very same". Peut-être es tu simplement en train d'éprouver ce que la langue allemande nomme la Torschlusspanik, la peur qu'il soit trop tard pour faire quelque chose, pour trouver une solution afin de se tirer d'affaire


6 commentaires:

  1. Schhh... er singt, er singt dich und mich und allen

    RépondreSupprimer
  2. Fragile indeed--- Lovely image.

    RépondreSupprimer
  3. Una delicada fotografía, ¡tan bella!.
    Saludos

    RépondreSupprimer
  4. Je connais cette peur aussi... Très belle photo !

    RépondreSupprimer
  5. A great photo and: I've always like the songs of L. Cohen, they accompanish me since decades and often bring me back the feeling of past (younger) times...

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir