dimanche 19 juin 2016

Variations sur un motif de Paul Klee


Voilà
Rêver, presque dormir. Dormir des paysages,
  Peindre avec du sommeil de très lourds horizons
Où n'ont surgi jamais ni souliers, ni maisons,
Mais seulement parfois d'impalpables visages

Peindre rien, presque rien, en tons subtils et doux.
Ne se frôler les yeux qu'avec des robes d'âmes,
Ne pas troubler de bruit ces visions de femmes
Qui rôdent longuement dans l'intime de nous

 Chanter, chanter très bas la chanson irréelle.
Souffler le dessin net et la touche cruelle,
Copier le non-être avec soin et très bien

Au bas d'un brouillard flou mettre sa paratafe.
Par impuissance, hélas... n'être rien, presque rien.
N'être rien !... mais surtout n'être pas photographe !

                                                                                    Georges Lorin (Revue "Le chat noir", 24 juin 1882)

1 commentaire:

  1. I like these--- Wouldn't it be wonderful to go back to the 20's and see the work of so many great artists!

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir