mardi 21 juin 2016

Comme une poussière de fleurs


Voilà,
"Être dans le tournoiement des mondes comme une poussière de fleurs, qu'un vent inconnu soulève dans le jour finissant, et que la torpeur du crépuscule laisse tomber au hasard, indistincte au milieu de formes plus vastes. Être que cela de connaissance sûre, sans gaîté ni tristesse, mais reconnaissant au soleil de son éclat et aux étoiles de leur ēloignement. En dehors de cela, ne rien être, ne rien avoir, ne rien vouloir"  (Fernando Pessoa in Le livre de l'Intranquillité)

2 commentaires:

  1. Magnifique extrait!
    On croirait voir cette poussière de fleurs, ou du moins on en a envie. Mais vouloir serait en contradiction avec cette phrase...
    Un beso Kwarkito.

    RépondreSupprimer
  2. Être reconnaissant aux étoiles de leur éloignement : quelle nostalgique ironie !

    RépondreSupprimer