jeudi 4 février 2016

Leurs Pas


Voilà
vont leur chemin. Le martèlement de leurs pas je l'entends. Mes frères ils étaient mes frères autrefois, la tribu de mes semblables. Du moins étais-je enclin à le croire. Aujourd'hui, certains parmi eux prononcent encore mon nom, mais pour la plupart m'ont oublié. Vite oublié. Ceux qui, cependant que je m'efforçais de donner le change - car il faut bien faire bonne figure n'est-ce pas ? - se réjouissaient d'un sourire quand je n'étais déjà plus qu'une plaie, eux aussi m'ont effacé. Ne seraient pas allés chercher plus loin. S'en tenaient aux apparences. Qu'ils continuent donc de s'agiter, de se précipiter. Ils ont encore un futur, pas moi, une histoire à construire, pas moi, ou simplement l'obligation de survivre à leurs renoncements leurs échecs ou leurs illusions qu'ils s'obstinent à travestir en vérité. Leur vie continue la mienne a cessé. J'en sais un peu plus qu'eux désormais. Je suis dans les refrains qui hantent leur mémoire, mais ils n'en savent rien. Je suis le mot qu'ils ont sur le bout de la langue et qu'ils ne retrouvent pas. Je suis dans leur maladresses, leurs faux-pas, leurs moments d'absence ou d'inattention. Je suis le chat dans leur gorge, leurs colères leurs éternuements. De leurs petits tracas j'ai fait mes escales. Je vais de l'un à l'autre, comme un fripon fantôme. Et c'est très bien comme ça.

7 commentaires:

  1. Wonderful image... Allowing for google's terrible translation, I found myself dwelling on what you'd written....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes the Ggll translation is weird and even has something surrealistic with non-sense. It's funny enough. I think tha now I should have to translate it from Google english to French. The title is "Their steps". But "their No is not so bad :-)

      Supprimer
  2. Splendide ta photo, le texte ne l'est pas moins!

    RépondreSupprimer