jeudi 25 février 2016

Le Bar du Cirque Électrique


Voilà,
un soir, c'était avant le massacre du 13 novembre, je suis allé au cirque électrique. Il y avait une sorte de cabaret, animé par Kiki Picasso qui autrefois, (j'écris ça pour les plus jeunes) participait à un groupe de graphistes nommé "Bazooka". Allez pour simplifier on dira que c'était les tenants d'un graphisme "punk". J'aimais bien d'ailleurs à l'époque. Donc ce soir là, c'était plein de vieux punks. Il n'y avait pas que ça mais il y en avait beaucoup. C'est assez pathétiques les vieux punks, ceux qui disaient "no future" qui trouvaient marrant de balancer des croix gammées quand leurs dessins passaient dans un journal gauchiste parce que c'était provoc, et qui sont là malgré tout et qui ont survécu, et qui essaient de ne pas faire trop vieux, qui s'accrochent difficilement, qui se traînent parce quand même, à une époque ils ont beaucoup brûlé, mais maintenant, ils ont du mal : ils ont toujours la révolte, mais plus l'énergie de cette révolte. C'est un peu comme les vieux rockers. Sauf les Stones bien sûr. Les Stones n'ont jamais triché. Dans des interviews où ils ont vingt ans, on leur demande s'ils se voient jouer du rock à 60 ans, et ils disent oui. Rétrospectivement c'est dingue. Ils ont toujours vécu sur le mode Sex Drugs et Rock et Roll en se disant qu'il n'y avait aucune raison de ne pas faire ça tout le temps, et, à l'exception de Brian Jones, ils ont quand même survécu. Peut-être parce qu'au fond, durant toute leur vie ils n'ont été mus que par le principe de plaisir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire