samedi 27 juin 2015

Une Apparition


Voilà,
hier, en début d'après midi j'ai traversé les Tuileries depuis la rue de Rivoli pour rejoindre la passerelle Léopold Sédar Senghor qui mène au quai Anatole France sur la rive gauche. Il faisait particulièrement lourd et là je me suis dit qu'il était enfin arrivé, l'été. Détendu par cette journée de repos sans particulière obligation, je m'amusais au dessin des étranges dentelles que faisait l'ombre frémissante des feuillages sur le sol des allées. Parvenu aux abords de la passerelle qui conserve encore à mes yeux son caractère de nouveauté bien que sa construction remonte désormais à une quinzaine d'années, j'ai réalisé que j'aimais partuculièrement m'y retrouver. L'apparition de cette gracieuse silhouette dans mon cadre m'a plu. Oui, on est là, éparpillé dans ses pensées, égaré en des lieux et des temporalités différentes, et soudain il y a une femme.
Cela aurait pu être une journée sereine. À cet instant je ne savais rien encore des horreurs survenues en France et en Tunisie.

1 commentaire:

  1. I see so many different ideas in this shot--- Too many to list, but it did bring back a memory. Well, never mind, it's a wonderful shot! As for the attacks: There was always the possibility of victory when the enemy was another nation. When the enemy is simply destruction, it seems as though there can be no solution. Sad.

    RépondreSupprimer