lundi 22 juin 2015

Un autre genre de fatigue


"Voilà,
"Quelle fatigue que d’être aimé, d’être véritablement aimé ! Quelle fatigue de devenir le fardeau des émotions d'autrui ! Changer quelqu’un qui s’est voulu libre, toujours libre, en garçon de course des responsabilités : répondre à certains sentiments, avoir la décence de ne pas prendre ses distances, simplement pour que les autres n’imaginent pas que l’on se prend pour un prince des émotions, et qu’on refuse le maximum que peut donner une âme humaine. Quelle fatigue de voir notre existence dépendre complètement de son rapport avec les sentiments de quelqu’un d’autre ! Quelle fatigue de devoir, d’une façon ou d’une autre, éprouver forcément quelque chose, de devoir forcément, même sans réelle réciprocité, aimer un peu aussi !". Ces jours-ci cette réflexion de Pessoa, résonne de façon étrange, comme si celui auquel je pense me l'adressait à bas bruit, sans vraiment me la formuler pour me signifier doucement qu'il est temps de passer à autre chose. J'ai un peu de mal à me faire à cette idée". confessa Romain Téoulier en refermant son petit carnet de moleskine rouge.
"Bon tout ça n'est pas bien important. En tout cas merci d'être venu jusque là pour m'amener le tableau, je le trouve très réussi, j'aime beaucoup ce paysage sans ombres aux tons chauds".  ajouta-t-il en se versant de nouveau quelques gouttes de Fernet-Branca. "Je t'en remets ? Il paraît que c'est bon pour le foie". 
S'il savait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire